Vulgaire peluche

Drogué, fêtard, injurieux. A 30 ans, Ted vit sans déboire, ni responsabilité, profitant pleinement de son éternelle amitié avec John Bennett. Une vie a priori facile, une vie pourtant extraordinaire : Ted est un ours en peluche ! Un compagnon de route sympathique qui peut s’avérer encombrant dans la nouvelle vie d’adulte de son plus vieil ami. Absurde, c’est la pensée qui surgit la première. Pourquoi un ours s’animerait-il et vaquerait à ses occupations comme le commun des mortels ? La réponse ne réside certainement pas dans cette comédie loufoque. A dire vrai, la question non plus. Car tout paraît normal. Les blagues fusent, parfois très drôles, souvent trop grasses. Que voulez-vous, on ne peut rien refuser à un ourson trentenaire. Le concept, si absurde soit-il, semble fonctionner, le scénario beaucoup moins. Certaines scènes sont bien perçues, d’autres complètement surréalistes et l’enchaînement finit par se mourir dans une cacophonie innommable. Sans queue, ni tête, les aventures de ces curieux Bostoniens ne parviendront finalement pas – même avec la blague la plus vaseuse – à sortir du lot des comédies américaines qui inondent nos grands écrans chaque année. Un ours en peluche ne peut tout porter sur ses frêles épaules.

Ariane Riou

[embedplusvideo height="281" width="450" standard="http://www.youtube.com/v/esfilNg464I?fs=1" vars="ytid=esfilNg464I&width=450&height=281&start=&stop=&rs=w&hd=0&autoplay=0&react=1&chapters=&notes=" id="ep3797" /]



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.