Une Toulousaine au Bachelor…

L’émission le « Bachelor, le gentleman célibataire » fait son grand retour le 28 janvier prochain sur NT1. Le principe de cette télé-réalité est pour ce célibataire de trouver le grand amour. A cette occasion, nous avons rencontré la Toulousaine Magalie, 27 ans. Employée d’un magasin de vêtements en centre-ville, elle est l’une des prétendantes – parmi vingt autres femmes – pour conquérir le cœur du nouveau Bachelor Adriano. Rencontre.

 

Magalie, comment avez-vous été remarquée pour participer à l’émission du « Bachelor » ?

Une « casteuse » de la production de TF1 est venue dans le magasin où je travaille. Mes collègues ont donné mes coordonnées car elle cherchait une personne relativement grande et de surcroît célibataire. J’étais réticente et peu intéressée à participer à ce genre d’émission. Mais mes collègues et amies m’ont encouragée à la rencontrer. Cela ne m’engageait en rien parce que c’était seulement un casting à la caméra. Etant d’un naturel très curieux, je me suis laissée tenter. Je voulais en savoir plus et découvrir le déroulement d’un casting, connaître ce monde un peu à part de la télé. Puis TF1 m’a recontactée…

 

Comment s’est déroulé le « casting à la caméra » ?

Nous avons fait le casting dans un appartement à Toulouse. Plusieurs questions m’ont été posées comme : quel est ma vision de l’homme idéal ? On m’a demandé aussi ce que j’ai fait de plus fou en amour ?… Cela a duré à peu près vingt minutes.

 

Justement qu’avez-vous fait « de plus fou par amour » ?

J’ai quitté la France pour l’Espagne. Mon fiancé de l’époque avait déménagé pour du travail, je l’ai suivi sans trop me poser de questions. Et puis l’Espagne, ce n’était pas, non plus, le bout du monde. Même si j’ai tout de même, tout quitté, amis, famille, pour le rejoindre.

 

Une expérience peu commune

 

Quelles ont été vos motivations pour continuer l’aventure étant donné que vous ne saviez rien sur Adriano, « Le Bachelor » ?

Je me suis dit que cela pouvait être marrant. C’est une expérience peu commune. Je n’avais rien à perdre. Aujourd’hui, je ne regrette rien, car je vous le confirme, c’était une aventure exceptionnelle !

 

Vous avez vu « Le Bachelor », pour la première fois lors de votre arrivée à la maison. Quelle a été votre première pensée ?

Je me suis arrêtée sur ses moustaches ! (Rires) Je n’aime pas les hommes un peu trop «lisses», je les aime un peu décalés. En plus, il faut savoir que j’adore les hommes avec des moustaches, mais également avec un beau sourire, et le sien est sans contexte magnifique. Mais je dois vous dire aussi que le physique n’étant pas mon critère de sélection, j’avais hâte de faire plus ample connaissance.

 

Justement au-delà du physique, comment est-il ?

J’ai eu la chance de le connaître. Je peux vous dire qu’il a beaucoup d’humour et c’est ce que j’attendais ! Je voulais quelqu’un d’assez simple, pas prise de tête, mais au contraire bien posée sur les épaules. Il est vrai que j’appréhendais un peu la suite…

 

Comment était l’ambiance entre les filles ? Y avait-il de vraies rivalités ?

Pour ma part je me suis bien entendue avec tout le monde et dès le premier soir. Je suis quelqu’un de convivial, d’assez avenant. Je n’ai eu aucune rivalité avec les autres filles. Après effectivement, j’ai pu constater de la jalousie entre certaines participantes… Mais rien de bien grave ou de marquant…

 

Si vous deviez garder un seul souvenir de l’aventure, lequel serait-il ?

C’est compliqué il y en a tellement ! Peut-être le premier cocktail, car c’est à ce moment-là qu’on apprend à se découvrir. J’avoue que c’est même à cet instant que je me suis posée la question : « qu’est-ce que je fais ici ?» (Rires)

 

Maintenant que l’émission est finie, êtes-vous toujours en quête d’amour ?

(Rires)… Pas d’impatience, vous serez bientôt fixés sur mon sort…

 

Propos recueillis par Elsa Nardari

 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.