T’choupi: L’ami des plus petits !

Auprès des enfants, c’est une certitude, la réputation de T’choupi n’est plus à faire. Ainsi, ce fameux pingouin saura vous entraîner dans son univers à travers son spectacle musical. Il vous fera participer, rigoler, danser au Casino Théâtre Barrière le dimanche 13 janvier. Le Journal Toulousain est allé à la rencontre de Caroline Duffau, l’une des deux metteurs en scène.

 

Caroline Duffau, pourquoi avoir accepté de faire la mise en scène d’un spectacle pour enfant ?

Il y a plusieurs raisons à cela. La première est purement affective. Au moment où l’on m’a proposé de faire la mise en scène du spectacle, mes deux filleuls étaient bercés par T’choupi. C’était un clin d’œil pour eux, mais également un challenge à relever pour un spectacle qui s’adresse aux plus petits. Comme on a pu tous le constater, les enfants sont extrêmement francs, exigeants et entiers. Je savais que s’ils n’aimaient pas, ils n’hésiteraient pas à nous en faire part. Mine de rien, nous avions beaucoup de pression. Il y avait notamment un défi artistique : comment faire vivre ce personnage, mais surtout comment arriver à le mettre physiquement en scène en restant le plus fidèlement possible au personnage du livre.

 

Justement quels sont les artifices ou effets, mis en place pour attirer l’attention des enfants tout le long du spectacle ?

Nous sommes partis du principe qu’il ne fallait surtout pas prendre les enfants pour des êtres qui n’allaient rien comprendre. Il a fallu prendre en considération l’âge des spectateurs et ainsi concevoir un spectacle qui s’adresse aux enfants de 2 à 10 ans. Notre travail a été de proposer, tout au long du spectacle, diverses activités qui ont capté l’attention des enfants et les ont faits participer au spectacle. Sur le plateau il se passe constamment quelque chose. Nous ne voulions pas que ce soit trop simpliste. Pour vous citer un exemple, la partie musicale est composée de douze titres originaux, tous enregistrés avec de vrais instruments. Ils sont d’inspirations rock, salsa. Le tout relevé par des chorégraphies adaptées et j’ose dire audacieuses…  Notre défi est bien là !

 

Alors, justement, le défi est atteint ?

Jusqu’à présent je crois que oui ! (Rires) Effectivement, on s’en rend compte dans la salle par la réaction des enfants, par la manière dont ils accueillent le spectacle. Tout le monde y trouve son compte. Suivant les cas, quelque chose va attirer l’attention des uns, sur la partie purement théâtrale… Pour d’autres, ce sera la musique, voire même uniquement la magie des décors…

On le sent, chaque  détail a été minutieusement pensé…

Nous avons été extrêmement attentifs à la demande d’un public que l’on sait très exigeant. En même temps nous voulions rester fidèle à l’univers des livres et des dessins que l’on connaît, car c’est pour cela que les enfants aiment T’choupi. Notre objectif était d’amener, de révéler toute la dimension d’un spectacle que contenait en fait, la bande dessinée T’choupi.

Avez-vous envisagé une suite à ce spectacle ?

Nous nous concentrons encore sur celui-ci, car il nous demande beaucoup de travail et d’exigence. Nous nous remettons en question quasiment à chaque représentation. On se doit de parfaire celui-ci, avant d’envisager la moindre suite. Comme vous le savez, c’est le public qui est maître du destin de tel ou tel spectacle. Si nous avons le ressenti d’avoir accompli notre mission de servir la cause artistique dans toute sa dimension, alors là oui, nous n’exclurons pas l’idée de revisiter T’choupi…

 

Propos recueillis par Elsa Nardari



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.