Stéphanie Krug: «L’antisémitisme ordinaire est un poison»

« Neutraliser l’antisémitisme ordinaire en dénonçant son caractère anodin ». Tel est l’objectif de la journaliste-écrivain Stéphanie Krug dans son nouveau livre « Dis donc Thérèse, Juif, c’est quel pays ?» (ed. Ixcéa) écrit en collaboration avec Alain-Sam Fédérowski, grand reporter à TF1. Rencontre.

 

Stéphanie Krug, pourquoi ce livre aujourd’hui ?

Parce que je pense que l’antisémitisme ordinaire est loin d’être mort. Il trouve sa source, son origine dans l’histoire, il est l’héritier de l’antijudaïsme, de l’antisémitisme pseudo-scientifique des XIXe et XXe siècles, de l’antisémitisme génocidaire et de l’antisionisme virulent des dernières années qui perdure aujourd’hui. Il catalyse toutes les formes d’antisémitisme, c’est un antisémitisme global et confus, proche de la pulsion de rejet. C’est une force chaotique, irrationnelle qui se nourrit de mystifications collectives… C’est comme son nom l’indique, un mal de plus en plus ordinaire, banalisé, il peut resurgir à n’importe quel moment, dans une phrase assassine, dans un déferlement de haine qui succombe au pire. C’est une force de lynchage. Mais le plus souvent, il révèle son caractère excluant et xénophobe au détour d’une phrase anodine. C’est un poison dans toutes les sociétés, tous les milieux, tous les environnements.

 

Quel était votre objectif en l’écrivant ?

De le neutraliser en le dénonçant, en dénonçant son caractère anodin, banal, qui passe presque inaperçu. Plus les gens seront sensibilisés à ce mal, plus ils auront conscience de l’impact dévastateur de l’antisémitisme ordinaire et de l’antisémitisme en général. Car des paroles aux actes, il n’y a qu’un pas. Et c’est d’abord l’antisémitisme qui a conduit Mohamed Merah à l’assassinat de trois enfants juifs et d’un enseignant à l’école confessionnelle juive Ozar Hatorah le 19 mars 2012.

 

Le livre est en deux parties : La première où vous dénoncez les grandes lignes de l’antisémitisme et la seconde où vous illustrez vos propos à travers les anecdotes d’Alain-Sam Fédérowski. Pour quelles raisons ?

Je souhaitais déjà relater des origines historiques de l’antisémitisme d’aujourd’hui, expliquer ce qu’était l’antisémitisme ordinaire, proposer ma vision du conflit israélo-palestinien qui n’est pas forcément partagée par tous. Il me fallait replacer les choses dans un contexte et tenter donner des explications « rationnelles » à un mal « irrationnel ». Et puis naturellement, le centre du livre étant les anecdotes d’Alain-Sam et une chronique de l’antisémitisme ordinaire, nous en avons consacré plus des deux tiers à l’expression quotidienne, coutumière, répétitive de l’antisémitisme à travers l’expérience singulière d’Alain-Sam.

 

« Le peuple juif est un peuple du ciel »

 

Comment est née votre collaboration ?

J’ai rencontré pour la première fois Alain-Sam Fédérowski sur le tournage du reportage que TF1 avait décidé de faire sur mon premier livre l’Orphelin du Vel d’Hiv paru en 2009. Peu de temps après, il m’a proposé d’écrire avec lui un ouvrage sur l’antisémitisme ordinaire. Pour piquer mon intérêt, il me révèle qu’il a consigné plein d’anecdotes de tournages dans des carnets relatant son expérience de l’antisémitisme ordinaire. Il m’a également dit qu’il était ami avec Vladimir Fédorovski, l’écrivain célèbre, ancien diplomate et qu’il souhaitait qu’il fasse la préface du livre. J’ai tout de suite été intéressée et nous nous sommes rencontrés pour établir un plan de travail.

 

Si vous deviez définir Alain-Sam Fédérowski…

C’est un homme que l’idée de rester en place plus d’une semaine rebute au plus haut point. Il tient de son grand-père, Léon Fédérowski, toujours sur les routes. D’ailleurs une partie du livre lui est consacrée. Parti de Kiev en 1910 pour rejoindre Paris, Léon Fédérowski a traversé les montagnes des Carpates à pied, pendant l’hiver. D’après lui, « la route, c’est une grande école. Nous sommes tous de passage, nous sommes tous des pèlerins sur la terre… Traverser l’Europe à pied, partir sur les routes sans rien, nous enlève toute peur de la mort parce qu’on se sent plus fort qu’elle. » Il en gardait le souvenir vivace d’une lutte héroïque, d’une traversée épique. Comme le dit si bien l’écrivain Israélien Yoram Kaniuk, auteur du livre Le Dernier Juif dans le magazine Transfuge : « Les Juifs ont eu un ciel avant d’avoir un pays. » Cette vastitude est un refuge, le refuge de celui qui erre et qui marche. Heureusement qu’il reste le ciel, cette terre sans frontières, sans discrimination, où tout est toujours possible, heureusement qu’il reste cette terre de liberté, miroir des rêves et des aspirations, pour ceux à qui on a tout pris… Le peuple juif est un peuple du ciel. C’est le peuple du Livre, des mots, de l’Imaginaire. C’est un peuple métaphysique.

 

Vous avez déjà édité un livre sur le même thème, « L’Orphelin du Vel d’Hiv » (éd. L’Harmattan). C’est un sujet qui vous tient à cœur ?

J’ai une grande passion pour deux peuples, les Grecs et les Juifs parce qu’ils sont à l’origine de notre civilisation. Ils ont œuvré pour la connaissance d’une façon tout à fait remarquable. D’autre part, c’est aussi une histoire de rencontres et d’affinités. Les opportunités de la vie nous emmènent vers des rencontres spécifiques qui façonnent une histoire de vie. C’est ainsi. Je sais aussi que mon grand-père était résistant pendant la seconde guerre mondiale, qu’il s’est lié avec des juifs pour résister à l’oppression nazie et que mon nom de famille d’après lui est d’origine juive ashkénaze.

 

 

« Encore un milieu tenu par les Juifs »

 

Aujourd’hui « le Juif » est toujours lié à des stéréotypes ?

Oui. Il est encore dans certains milieux l’incarnation de l’argent, du monde des finances, de l’élite, du show-business, du cinéma. Dès qu’on voit un Juif dans un milieu, les antisémites s’empressent de dire : « encore un milieu tenu par les Juifs ». C’est systématique. Il y a certainement beaucoup de jalousie et d’envie mais c’est aussi parce que c’est un peuple particulier, pionnier qui a œuvré de manière exceptionnelle pour la culture et la connaissance.

 

La vigilance reste donc de mise ?

Oui. A l’heure de la montée en puissance de l’islamisme dans le monde, ce livre nous rappelle que nous devons tous redoubler de vigilance devant ce mal qui prend de l’ampleur et se nourrit du terreau de la haine. Il y a dans l’antisionisme virulent d’aujourd’hui beaucoup de dérapages, une stigmatisation de l’Etat d’Israël et une victimisation des palestiniens. L’islamisme se nourrit de cette stigmatisation et de cette victimisation. Mohamed Merah, par son acte infâme, n’entendait-il pas venger les enfants palestiniens ? Le conflit israélo-palestinien s’exporte et nourrit l’islamisme radical. On assiste à des lobbies politico-religieux dans les organisations terroristes qui se rassemblent autour d’un même credo : « Israël assassin », « Mort aux Juifs », à une mondialisation de l’antisémitisme avec la haine islamiste.

 

Pensez-vous malgré tout que la vision des gens a évolué vis-à-vis des Juifs ?

Oui, je le pense sincèrement. Je pense que la plupart des gens sont indignés par l’antisémitisme et qu’ils connaissent l’ampleur de ce mal, ses retombées meurtrières et désastreuses.

Propos recueillis par Elsa Nardari

 



UN COMMENTAIRE SUR Stéphanie Krug: «L’antisémitisme ordinaire est un poison»

  1. Mohamed dit :

    En réalité “être aimé, élu de Dieu”, c’est avoir la parole divine liée à notre âme, ce que n’ont pas tous les non croyants tant qu’ils resteront dans cet état et continueront à se forger des convictions sur des dires, des clichés, des élans pour le mal, à s’obstiner à ne jamais rechercher la volonté de Dieu, à se contenter de ce qu’il a appris sur la tas : mais chacun doit rechercher la Vérité en étudiant les écrits religieux disponibles à ce jour (Bible, Coran), contrebalancer les lignes directives de chaque religion, rechercher la Vérité et surtout abolir tout conditionnement, influence d’autrui, élan de violence, de haine, de racisme et d’antisémitisme gratuit. Aucun peuple n’est maudit, chaque peuple peut aller vers Dieu. Et même si un individu, inculte, ignorant, indique qu’un peuple a été « rejeté » par Dieu, tout le monde peut se racheter en suivant, s’attachant à la parole de Dieu dont l’essentiel se résume à aimer son prochain comme soi-même, à ne point faire de mal, à s’éloigner toute médisance et surtout à ne pas se réconforter dans cœur en se disant que tout le monde fait la même chose. Non, on doit se distinguer des autres et être au-dessus de l’ensemble, ce n’est pas parce que des gens en nombre sont racistes, antisémites qu’il faut l’être personnellement sous prétextes de clichés, dires, … erronés et absurdes : Le péché est le plus pire des maux de l’âme.

    Une âme divine ne s’acquière que par l’adhésion aux commandements et préceptes de Dieu édictés dans la Torah car rappelez-vous, même Jésus Christ disait :
    Matthieu 5 17 : N’allez pas croire que je sois venu abolir la Loi ou les Prophètes, je ne suis pas venu abolir, mais accomplir
    Matthieu 5 18 : Car je vous le dis, en vérité: avant que ne passent le ciel et la terre, pas un i, pas un point sur l’i, ne passera de la Loi, que tout ne soit réalisé.
    Matthieu 5 19 : Celui donc qui violera l’un de ces moindres préceptes, et enseignera aux autres à faire de même, sera tenu pour le moindre dans le Royaume des Cieux; au contraire, celui qui les exécutera et les enseignera, celui-là sera tenu pour grand dans le Royaume des Cieux.

    Par conséquent, Jésus Christ n’a jamais remis en question la Torah et au contraire, poussait les gens à l’accomplir vraiment. Rappelez-vous Jésus-Christ était un grand rabbin, il se faisait appelé « Rabbi » et cette appellation n’était réservée qu’aux grands :
    Matthieu 23 6 : Ils aiment à occuper le premier divan dans les festins et les premiers sièges dans les synagogues,
    Matthieu 23 7 : à recevoir les salutations sur les places publiques et à s’entendre appeler Rabbi par les gens.
    Matthieu 23 8 : Pour vous, ne vous faites pas appeler Rabbi: car vous n’avez qu’un Maître, et tous vous êtes des frères.

    Marc 9 4 : Elie leur apparut avec Moïse et ils s’entretenaient avec Jésus.
    Marc 9 5 : Alors Pierre, prenant la parole, dit à Jésus: “Rabbi, il est heureux que nous soyons ici; faisons donc trois tentes, une pour toi, une pour Moïse et une pour Elie.”

    Les tout premiers Chrétiens étaient certes tous Juifs mais ceux qui ont suivi, venaient du monde païen et pratiquaient la Torah conformément aux préceptes de Jésus Christ. Ce n’est qu’en l’an 321 où la religion chrétienne a été bouleversée en raison de l’afflux de païens qui ont voulu s’appeler Chrétiens mais tout en continuant à être païens. Si les représentations en forme de statues de Jésus, des apôtres figurent dans les églises, le sapin, le père Noël (coutumes païennes) continuent à être en vigueur, c’est en raison de l’influence païenne qui a pris le dessus sur la religion chrétienne. D’ailleurs, aujourd’hui, très peu de chrétiens prient, observent le jour du Seigneur, …

    Or, si on s’en réfère à Jésus Christ, celui-ci observait toutes les Lois juives scrupuleusement. Jamais, il ne s’est nourri d’animaux impurs, jamais il n’a profané le jour du Sabbat (journée commençant le Vendredi soir au coucher du Soleil et s’achevant le Samedi soir à la sortie des étoiles) en effectuant un quelconque travail. Il en est de même concernant les apôtres. Pourquoi les chrétiens se sont-ils abrogés de toutes ces obligations ? On ne peut se désigner garagiste si on ne connaît rien à la mécanique d’une automobile. De même, un individu ne peut se désigner chrétien, catholique, protestant, pentecôtiste, … s’il n’observe aucun précepte que Jésus Christ observait (circoncision, interdiction de consommer des animaux impurs, observance scrupuleuse du Sabbat, …). Il existe des millions de païens qui se désignent Chrétiens mais qui trompe-t-on ? Dieu voit tout et sait tout.

    Rappelez-vous, Jésus observait scrupuleusement le repos du Sabbat (aucun travail, jour de prières, …) :
    Matthieu 24 20 : Priez pour que votre fuite ne tombe pas en hiver, ni un sabbat.
    Actes 13 27 : En effet, les habitants de Jérusalem et leurs chefs ont accompli sans le savoir les paroles des prophètes qu’on lit chaque sabbat (à cette époque, Jérusalem n’était peuplée que de Juifs et le Temple se situait à l’emplacement actuel de l’esplanade des Mosquées)
    Marc 1 21 : Ils pénètrent à Capharnaüm. Et aussitôt, le jour du sabbat, étant entré dans la synagogue, il enseignait.
    Marc 6 2 : Le sabbat venu, il se mit à enseigner dans la synagogue, et le grand nombre en l’entendant étaient frappés et disaient: “D’où cela lui vient-il? Et qu’est-ce que cette sagesse qui lui a été donnée et ces grands miracles qui se font par ses mains?
    Marc 15 42 : Déjà le soir était venu et comme c’était la Préparation, c’est-à-dire la veille du sabbat,
    Luc 4 14 : Jésus retourna en Galilée, avec la puissance de l’Esprit, et une rumeur se répandit par toute la région à son sujet.
    Luc 4 15 : Il enseignait dans leurs synagogues, glorifié par tous.
    Luc 4 16 : Il vint à Nazara où il avait été élevé, entra, selon sa coutume le jour du sabbat, dans la synagogue, et se leva pour faire la lecture.
    Luc 4 31 : Il descendit à Capharnaüm, ville de Galilée, et il les enseignait le jour du sabbat.
    Luc 6 6 : Or il advint, un autre sabbat, qu’il entra dans la synagogue, et il enseignait
    Luc 13 10 : Or il enseignait dans une synagogue le jour du sabbat.
    Luc 23 54 : C’était le jour de la Préparation, et le sabbat commençait à poindre.
    Luc 23 56 : Puis elles s’en retournèrent et préparèrent aromates et parfums. Et le sabbat, elles se tinrent en repos, selon le précepte.
    ….

    Et de même, la circoncision au 8ème jour de la naissance :
    Luc 1 58 : Ses voisins et ses proches apprirent que le Seigneur avait fait éclater sa miséricorde à son égard, et ils s’en réjouissaient avec elle.
    Luc 1 59 : Et il advint, le huitième jour, qu’ils vinrent pour circoncire l’enfant. On voulait l’appeler Zacharie, du nom de son père;
    Luc 1 60 : mais, prenant la parole, sa mère dit: “Non, il s’appellera Jean.”
    ..
    Luc 2 21 : Et lorsque furent accomplis les huit jours pour sa circoncision, il fut appelé du nom de Jésus, nom indiqué par l’ange avant sa conception.
    Luc 2 22 : Et lorsque furent accomplis les jours pour leur purification, selon la loi de Moïse, ils l’emmenèrent à Jérusalem pour le présenter au Seigneur,
    Luc 2 23 : selon qu’il est écrit dans la Loi du Seigneur: Tout garçon premier-né sera consacré au Seigneur,
    Luc 2 24 : et pour offrir en sacrifice, suivant ce qui est dit dans la Loi du Seigneur, un couple de tourterelles ou deux jeunes colombes.

    Actes 7 8 : Il lui donna ensuite l’alliance de la circoncision; c’est ainsi qu’étant devenu père d’Isaac, Abraham le circoncit le huitième jour. Et Isaac fit de même pour Jacob, et Jacob pour les douze patriarches.

    Romains 15 8 : Je l’affirme en effet, le Christ s’est fait ministre des circoncis à l’honneur de la véracité divine, pour accomplir les promesses faites aux patriarches,
    ….

    Pour avoir une âme estimée de Dieu, il convient de se conformer à la volonté de Dieu, décrite dans la Torah telle que Jésus Christ observait scrupuleusement :
    Ainsi, comme pour Adam et Eve, Dieu les a fait résider dans un paradis terrestre mais pas si gratuitement que çà, Il leur a mis 2 épreuves, à savoir de ne pas manger le fruit de 2 arbres. Et ils ont péché en n’obéissant pas aux ordres de Dieu. Ils ont donc été renvoyés du paradis terrestre, et ont été punis fortement. De même, Dieu a introduit des animaux impurs dans ce monde en nous demandant de ne pas les consommer (grosse épreuve) et qu’en cas de désobéissance, nous nous excluons d’office du monde paradisiaque futur que Dieu prépare et dans lequel n’y entreront que ceux qui ont observé la parole de Dieu. Mais ce n’est pas le seul ordre de Dieu, il y a surtout le Sabbat, jour réservé à Dieu où tout travail est formellement interdit. Même sa nourriture pour ce jour là devra être préparée avant l’entrée du Sabbat (Vendredi au coucher du Soleil). Et bien entendu, le non-respect de la parole de Dieu concernant le Sabbat exclut automatiquement la personne du monde futur. Il y a encore d’autres ordres de Dieu (ne pas voler, ne pas tuer, ne pas mentir, ne pas commettre d’adultère, aimer son prochain, …), il suffit de lire la Torah. Bien sûr, les animaux interdits ont été définis « impurs » arbitrairement par Dieu à titre uniquement d’épreuve pour distinguer ceux qui respecteront la parole de Dieu et faire un tri entre les êtres humains, les uns pour le bonheur éternel et les autres pour le malheur éternel (lire Daniel). La Torah est une deuxième chance que Dieu a donnée par rapport à celle qu’avait Adam et Eve et qui aurait pu leur permettre de se maintenir dans le paradis terrestre, si seulement, ils avaient obéi à la parole de Dieu.

    En élevant son âme à un niveau divin, on peut avoir la chance de mériter le meilleur du monde paradisiaque que Dieu prépare pour uniquement ceux qui ont observé scrupuleusement sa parole, ses commandements. Parce qu’ils auront considéré Dieu, sa parole alors en retour ils seront considérés par Dieu et auront des places de choix dans le monde futur.

    Pour résumer, le respect des paroles de Dieu édictés dans la Torah est capital pour entrer dans le monde paradisiaque futur. C’est peut-être pour certains contraignant mais c’est le prix à payer pour obtenir un laisser passer au monde éternel du bonheur. C’est mieux que gagner au loto, c’est le plus beau cadeau qu’une âme peut avoir. La mort n’est qu’une perte d’un habit provisoire (corps) d’une âme, l’âme est éternelle, autant lui donner un maximum de chances d’être heureuse éternellement : obéissons scrupuleusement aux volontés de Dieu édictées dans la Torah, le seul recueil de Vérité relatant la vraie parole de Dieu.

    Nous vivons sur une planète qui a des millions d’années (la Torah confirme cela puisqu’elle indique bien qu’à la création de la nouvelle humanité, la Terre était tohu bohu, donc existait déjà) et plusieurs humanités nous ont précédé mais ont été détruites à chaque fois en raison de leurs péchés. Soyons intelligents, observons la parole de Dieu afin d’espérer être sauvés et prendre une part dans le monde futur ! Il va de soi que si n’êtes pas croyant, vous ne pouvez comprendre ce message.

    Contrairement aux idées de haine gratuite qui circulent, même le Coran fait des éloges sur ceux qui observent la volonté de Dieu édictée dans la Torah :
    Sourate 2–38 : Ô enfants d’Israël ! Souvenez-vous des bienfaits dont je vous ai comblés, soyez fidèles à mon Alliance et je serai fidèle à la vôtre. Révérez-moi et croyez au livre que j’ai envoyé pour corroborer VOS Ecritures. Ne soyez pas les premiers à lui refuser votre croyance, n’allez point acheter avec mes signes un objet de nulle valeur. Craignez-moi.
    Sourate 2–47 : Ô Enfants d’Israël, rappelez-vous Mon bienfait dont Je vous ai comblés, (rappelez-vous) que Je vous ai préférés à tous les peuples
    Sourate 2–50 : Nous (c’est Allah qui parle) donnâmes à Moïse le Livre de la Loi et la distinction, afin que vous soyez dirigés dans la droite voie.
    Sourate 2–77 : Quand nous reçûmes “l’Alliance des enfants d’Israël”, nous leur dîmes : N’adorerez qu’un seul Dieu, respectez vos pères et vos mères, aidez les orphelins et les pauvres.
    Sourate 2–81 : Nous avons donné à Moïse le livre de la Loi et l’avons fait suivre par d’autres envoyés
    Sourate 2–106 : Celui qui se sera livré entièrement à Dieu et qui aura pratiqué le bien, trouvera sa récompense auprès de son Seigneur, la crainte ne l’atteindra pas et il ne sera point affligé.
    Sourate 2–116 : Ô enfants d’Israël ! Souvenez-vous des bienfaits dont je vous ai comblés !
    Je vous ai élevés au-dessus de tous les humains.
    Sourate 5–20 : (Souvenez-vous) lorsque Moïse dit à son peuple : « Ô, mon peuple ! Rappelez-vous le bienfait de Dieu sur vous, lorsqu’Il a désigné parmi vous des prophètes. Et Il a fait de vous des rois. Et Il vous a donné ce qu’Il n’avait donné à nul autre dans les mondes.
    Sourate 5–21 : Ô mon peuple, entrez dans la Terre sainte qu’Allah vous a prescrite. Et ne revenez point sur vos pas (en refusant de combattre) car vous retourneriez perdants (il s’agit de la Terre d’Israël allant de l’Euphrate à la Mer Méditerranée et du nord du Liban au sud d’Israël)
    Sourate 5–22 : Les juifs disent ” Nous sommes les fils de Dieu et ses amis chéris ”
    Sourate 17–106 : Quand viendra l’heure de la résurrection, Je vous réunirai tous ensemble pour habiter cette terre
    Sourate 44–32 : À bon escient, Nous (c’est Allah qui parle) les choisîmes parmi tous les peuples de l’univers
    Sourate 62–04 : La Foi est une faveur de Dieu, il l’accorde à qui il veut. Dieu est plein d’immense bonté.

    Comme on le voit, ceux qui refusent de suivre la voie de la Vérité n’ont aucun repaire. Ils resteront toujours cotonnés dans le désordre, la violence, la haine, la destruction (racisme, antisémitisme, attentats, agressions, vols, viols, trafics de drogue, meurtres, haine gratuite, …).

    A cause de cela, comme il est écrit dans la Bible, les descendants d’Ismaël ont été rejetés par Dieu :
    Genèse 17 18 : Abraham dit à Dieu: “Oh! qu’Ismaël vive devant ta face!”
    Genèse 17 19 : Mais Dieu reprit: “Non, mais ta femme Sara te donnera un fils, tu l’appelleras Isaac, j’établirai mon alliance avec lui, comme une alliance perpétuelle, pour être son Dieu et celui de sa race après lui.
    Genèse 17 21 : Mais mon alliance, je l’établirai avec Isaac, que va t’enfanter Sara, l’an prochain à cette saison.”

    Ismaël et toute sa descendance, privés de toute alliance avec Dieu, de tout bénéfice au monde futur, au lieu de se racheter en accomplissant la volonté de Dieu, se sont enfoncés davantage en attaquant ceux qui avaient été choisis par Dieu d’où l’antisémitisme débordant que l’on voit aujourd’hui. Comme des prostituées, même les journalistes, les footballeurs, les directeurs de grosses entreprises sont achetés en pétrodollars pour uniquement incriminer Israël et les juifs !

    Mais qu’ils se rassurent, Dieu anéantira tout ça. Dieu protège son peuple ainsi que tout adepte à sa Parole (pas seulement les Juifs), Il les a rassurés en indiquant comment il réglera les comptes de chaque ennemi de la Vérité:
    Daniel 2 43 : selon que tu as vu le fer mêlé à l’argile de la terre cuite, ils se mêleront en semence d’homme, mais ils ne tiendront pas ensemble (mélanges de races, de civilisations, de cultures incompatibles, colonisation de terres étrangères, …)
    Daniel 12 1 : en ce temps-là, ton peuple échappera, tous ceux qui se trouveront inscrits dans le Livre
    Daniel 12 2 : Un grand nombre de ceux qui dorment au pays de la poussière s’éveilleront, les uns pour la vie éternelle, les autres pour l’opprobre, pour l’horreur éternelle
    Daniel 12 9 : ces paroles sont closes et scellées jusqu’au temps de la Fin
    ….
    Ezéchiel 28 10 : Tu mourras de la mort des incirconcis
    Ezéchiel 38 23 : Je manifesterai ma grandeur et ma sainteté, je me ferai connaître aux yeux des nations nombreuses, et ils sauront que je suis Dieu
    Ezéchiel 39 7 : Je ferai connaître mon saint nom au milieu de mon peuple Israël, je ne laisserai plus profaner mon saint nom, et les nations sauront que je suis Dieu, saint en Israël
    Ezéchiel 39 21 : Je manifesterai ma gloire aux nations, et toutes les nations verront mon jugement quand je l’abattrai sur elles
    Ezéchiel 44 9 : Aucun étranger incirconcis de cœur et incirconcis de corps n’entrera dans mon sanctuaire (incirconcis de cœur = individu qui conteste systématiquement les Lois de Dieu pour uniquement de pas avoir à s’y soumettre, individu bouché qui se rebiffe constamment contre tout enseignement de Dieu)
    ….
    Isaïe 32-18 : Mon peuple habitera dans un séjour de paix, des demeures superbes, des résidences altières.
    Isaïe 40-15 : les nations sont comme une goutte d’eau au bord d’un seau, on en tient compte comme d’une miette sur une balance
    Isaïe 40-17 : Toutes les nations sont comme rien devant lui, il les tient pour néant et vide
    Isaïe 41 8 : Et toi, Israël, mon serviteur, Jacob, que j’ai choisi, race d’Abraham, mon ami
    Isaïe 41-9 : Tu es mon serviteur, je t’ai choisi, je ne t’ai pas rejeté
    Isaïe 41 10 : Ne crains pas car je suis avec toi, ne te laisse pas émouvoir car je suis ton Dieu
    Isaïe 41 11 : Ils seront réduits à rien et périront, ceux qui te cherchaient querelle
    Isaïe 41 14 : Ne crains pas, vermisseau de Jacob, et vous, pauvres gens d’Israël
    Isaïe 42 6 : J’ai fait de toi l’alliance du peuple, la lumière des nations
    Isaïe 42 14 : Longtemps j’ai gardé le silence, je me taisais, je me contenais. Comme la femme qui enfante, je gémissais, je soupirais tout en haletant
    Isaïe 43 3 : Car je suis Dieu, ton Dieu, le Saint d’Israël, ton sauveur
    Isaïe 43 15 : Je suis Dieu, votre Saint, le créateur d’Israël, votre roi
    Isaïe 52 5 : Car mon peuple a été enlevé pour rien
    ….
    Zacharie 8-8 : Je les ramènerai pour qu’ils habitent au milieu de Jérusalem. Ils seront mon peuple et moi je serai leur Dieu,
    Zacharie 8-13 : De même que vous étiez une malédiction parmi les nations, maison de Juda et maison d’Israël, de même je vous sauverai pour que vous deveniez une bénédiction
    Zacharie 8-22 : Et de nombreux peuples et des nations puissantes viendront chercher Dieu des Armées à Jérusalem et implorer la face de Dieu
    Zacharie 8-23 : Dix hommes de toutes les langues des nations saisiront un Juif par le pan de son vêtement
    Zacharie 9-12 : Aujourd’hui même, je le déclare, c’est le double que je vais te rendre
    Zacharie 12-3 : Il arrivera en ce jour-là que je ferai de Jérusalem une pierre à soulever pour tous les peuples, et tous ceux qui la soulèveront se blesseront grièvement
    Zacharie 12-4 : Et je frapperai de cécité tous les peuples, mais sur la maison de Juda j’ouvrirai les yeux
    Zacharie 12-9 : Il arrivera en ce jour-là que je chercherai à détruire toutes les nations qui viendront contre Jérusalem
    Zacharie 14-3 : Alors Dieu sortira pour combattre les nations, comme lorsqu’il combat au jour de la guerre
    Zacharie 14-16 : Il arrivera que tous les survivants de toutes les nations qui auront marché contre Jérusalem
    ….

    Et d’ailleurs, Dieu reconfirme le rejet d’Ismaël et de toute sa race, donc tous ses descendants après lui :
    Genèse 22, 1 Après ces événements, il arriva que Dieu éprouva Abraham et lui dit: “Abraham! Abraham!” Il répondit: “Me voici!”
    Genèse 22, 2 Dieu dit: “Prends ton fils, ton unique, que tu chéris, Isaac, et va-t’en au pays de Moriyya, …
    Dieu indique bien ton fils « unique » Isaac car Ismaël a été rejeté de la descendance d’Abraham et donc du choix de Dieu. Et c’est à nouveau confirmé puisque Dieu lui-même est d’accord pour chasser Ismaël de la descendance d’Abraham :
    Genèse 21, 9 Or Sara aperçut le fils né à Abraham de l’Egyptienne Agar, qui jouait avec son fils Isaac,
    Genèse 21, 10 et elle dit à Abraham: “Chasse cette servante et son fils, il ne faut pas que le fils de cette servante hérite avec mon fils Isaac.”
    Genèse 21, 11 Cette parole déplut beaucoup à Abraham, à propos de son fils,
    Genèse 21, 12 mais Dieu lui dit: “Ne te chagrine pas à cause du petit et de ta servante, tout ce que Sara te demande, accorde-le, car c’est par Isaac qu’une descendance perpétuera ton nom,
    ….

    Il est très rare qu’une race soit aussi rejetée par Dieu ! Est-ce l’attitude des descendants d’Ismaël qui a conduit Dieu à rejeter toute sa race !

    Dieu a conclu une alliance éternelle avec tout celui qui accomplira la volonté sa Volonté, respecte Sa Parole édictée dans la Torah. Dieu indique bien : « Ce n’est pas avec vous seulement que je conclus aujourd’hui cette alliance et que je profère cette imprécation, mais aussi bien avec celui qui se tient ici avec nous en présence de Dieu notre Dieu, qu’avec celui qui n’est pas ici avec nous aujourd’hui (Deutéronome 29 13) »
    Deutéronome 29, 9 Vous voici aujourd’hui debout devant Dieu votre Dieu: vos chefs de tribus, vos anciens, vos scribes, tous les hommes d’Israël,
    Deutéronome 29, 10 avec vos enfants et vos femmes (et aussi l’étranger qui est dans ton camp, aussi bien celui qui coupe ton bois que celui qui puise ton eau),
    Deutéronome 29, 11 et tu vas passer dans l’alliance de Dieu ton Dieu, jurée avec imprécation, alliance qu’il a conclue aujourd’hui avec toi
    Deutéronome 29, 12 pour faire aujourd’hui de toi un peuple tandis que lui-même sera pour toi un Dieu, comme il te l’a dit et comme il l’a juré à tes pères Abraham, Isaac et Jacob.
    Deutéronome 29, 13 Ce n’est pas avec vous seulement que je conclus aujourd’hui cette alliance et que je profère cette imprécation,
    Deutéronome 29, 14 mais aussi bien avec celui qui se tient ici avec nous en présence de Dieu notre Dieu, qu’avec celui qui n’est pas ici avec nous aujourd’hui.

    La Torah ne peut se placer au niveau des autres religions. Et peu importe que Jésus Christ fût Messie ou non. Ce qui importe le plus, c’est l’observation de la parole divine décrite dans la Torah par laquelle on peut être certain d’être favorisé par Dieu pour mériter une part dans le monde futur.

    En tous les cas, le Messie annoncé au Roi David par l’intermédiaire du prophète Nâtan est loin d’avoir accompli ce qu’il fallait. A propos du Messie annoncé, descendant du Roi David :
    1 Chroniques 17, 3 Mais, cette même nuit, la parole de Dieu fut adressée à Natân en ces termes:
    1 Chroniques 17, 4 “Va dire à David mon serviteur: Ainsi parle Dieu. Ce n’est pas toi qui me bâtiras une maison pour que j’y habite.
    1 Chroniques 17, 5 Oui, je n’ai jamais habité de maison depuis le jour où j’ai fait monter Israël jusqu’aujourd’hui, mais j’allais de tente en tente et d’abri en abri.
    1 Chroniques 17, 6 Pendant tout le temps où j’ai voyagé avec tout Israël, ai-je dit à un seul des Juges d’Israël que j’avais institués comme pasteurs de mon peuple: Pourquoi ne me bâtissez-vous pas une maison de cèdre?
    1 Chroniques 17, 7 Voici maintenant ce que tu diras à mon serviteur David: Ainsi parle Dieu Des Armées. C’est moi qui t’ai pris au pâturage, derrière les brebis, pour être chef de mon peuple Israël.
    1 Chroniques 17, 8 J’ai été avec toi partout où tu allais, j’ai supprimé devant toi tous tes ennemis. Je te donnerai un renom égal à celui des plus grands sur la terre.
    1 Chroniques 17, 9 Je fixerai un lieu à mon peuple Israël, je l’y planterai et il demeurera en cette place, il ne sera plus ballotté et les méchants ne continueront pas à le ruiner comme auparavant,
    1 Chroniques 17, 10 depuis le temps où j’instituais des Juges sur mon peuple Israël. Je soumettrai tous tes ennemis. Dieu t’annonce qu’il te fera une maison,
    1 Chroniques 17, 11 et quand il sera pleinement temps de rejoindre tes pères je maintiendrai après toi ton lignage; ce sera l’un de tes fils dont j’affermirai le règne.
    1 Chroniques 17, 12 C’est lui qui me bâtira une maison et j’affermirai pour toujours son trône.
    1 Chroniques 17, 13 Je serai pour lui un père et il sera pour moi un fils; je ne lui retirerai pas ma faveur comme je l’ai retirée à celui qui t’a précédé.
    1 Chroniques 17, 14 Je le maintiendrai à jamais dans ma maison et dans mon royaume, et son trône sera à jamais affermi.”
    1 Chroniques 17, 15 Natân communiqua à David toutes ces paroles et toute cette révélation.
    1 Chroniques 17, 16 Alors le roi David entra, s’assit devant Dieu et dit: “Qui suis-je, Dieu Dieu, et quelle est ma maison, pour que tu m’aies mené jusque-là?
    1 Chroniques 17, 17 Mais cela est trop peu à tes yeux, ô Dieu, et tu étends tes promesses à la maison de ton serviteur pour un lointain avenir. Tu me fais voir comme un groupe d’hommes, celui qui l’élève c’est Dieu, Dieu.
    1 Chroniques 17, 18 Qu’est-ce que David pourrait faire de plus pour toi, vu la gloire que tu as donnée à ton serviteur ? Toi-même, tu as distingué ton serviteur.
    1 Chroniques 17, 19 Dieu, à cause de ton serviteur, et selon ton coeur, tu as eu cette magnificence de révéler toutes ces grandeurs.
    1 Chroniques 17, 20 Dieu, il n’y a personne comme toi et il n’y a pas d’autre Dieu que toi seul, comme l’ont appris nos oreilles.
    1 Chroniques 17, 21 Y a-t-il, comme ton peuple Israël, un autre peuple sur la terre qu’un Dieu soit allé racheter pour en faire son peuple, pour le rendre fameux et opérer en sa faveur de grandes et terribles choses, en chassant des nations devant ton peuple que tu as racheté d’Egypte?
    1 Chroniques 17, 22 Tu t’es donné à jamais pour peuple Israël ton peuple, et toi, Dieu, tu es devenu son Dieu.
    1 Chroniques 17, 23 Et maintenant, que subsiste à jamais, Dieu, la promesse que tu as faite à ton serviteur et à sa maison, et agis comme tu l’as dit.
    1 Chroniques 17, 24 Que cette promesse subsiste et que ton Nom soit exalté à jamais! Que l’on dise: Dieu des Armées est le Dieu d’Israël, il est Dieu pour Israël. La maison de David ton serviteur sera affermie devant toi,
    1 Chroniques 17, 25 car c’est toi, mon Dieu, qui as fait cette révélation à ton serviteur: lui bâtir une maison. C’est pourquoi ton serviteur se trouve devant toi à te prier.
    1 Chroniques 17, 26 Oui, Dieu, c’est toi qui es Dieu, et tu as fait cette belle promesse à ton serviteur.
    1 Chroniques 17, 27 Tu as alors consenti à bénir la maison de ton serviteur pour qu’elle demeure toujours en ta présence. Car c’est toi, Dieu, qui as béni: elle est bénie à jamais.

    Jésus n’a rien fait de tout cela, à moins qu’il ne revienne pour accomplir sa tâche mais là encore, ce sera plus à l’avantage d’Israël, des Juifs que des Chrétiens puisque dans la parole que Dieu a adressée au Roi David par l’intermédiaire du prophète Nâtan, il s’agit bien du peuple désigné et chéri par Dieu. D’ailleurs, les Evangiles le confirment bien :
    Actes 13, 22 Après l’avoir écarté, Dieu suscita pour eux David comme roi. C’est à lui qu’il a rendu ce témoignage: J’ai trouvé David, fils de Jessé, un homme selon mon cœur, qui accomplira toutes mes volontés.
    Actes 13, 23 C’est de sa descendance que, suivant sa promesse, Dieu a suscité pour Israël Jésus comme Sauveur.

    Actes 13, 26 “Frères, vous les enfants de la race d’Abraham et vous ici présents qui craignez Dieu, c’est à vous que ce message de salut a été envoyé.

    Luc 1, 54 Il est venu en aide à Israël, son serviteur, se souvenant de sa miséricorde, –
    Luc 1, 55 selon qu’il l’avait annoncé à nos pères – en faveur d’Abraham et de sa postérité à jamais!”

    Que le Christ revienne ou non, le plus important actuellement est d’accomplir la Volonté de Dieu édictée dans la Torah. Considérer ou non le Christ comme étant le Messie n’est pas de notre niveau et ni de notre ressort, c’est l’affaire de Dieu.

    Donc point de haine gratuite entre les peuples, point de jalousie envers les Juifs, Israël pour qu’ils soient autant décriés méchamment ! Tout le monde peut se rapprocher de la Torah, accomplir la Volonté de Dieu et être choisi par Lui. C’est Dieu qui a créé ce monde, c’est Dieu qui établit ses choix, sa volonté : on doit l’accepter et en agressant, attaquant les Juifs, Israël, on ne peut être que certain de mériter le plus pire des châtiments de Dieu.

    Personnellement, je viens de me convertir au judaïsme et j’en suis très heureux : mon seul regret est de ne pas naître juif. Et je peux parler en connaissance de cause car j’ai étudié à fond depuis plus de 15 ans le Coran, les Evangiles et la Torah. Je dirais même que j’ai autant de connaissance qu’un Imam, qu’un Rabbin et qu’un Evêques. Le plus important a été pour moi de me débarrasser de tout conditionnement, de toute idée reçue, de clichés, … afin de voir objectivement et clairement ce dont il s’agissait : la Torah est vraiment la parole de Dieu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.