Ramon Arroyo Olmo : « La toile est mon maitre »

expo

Le Casino-théâtre Barrière de Toulouse n’est pas un espace seulement dédié aux jeux d’argent. En ce moment, et jusqu’au 14 décembre, le peintre contemporain andalou Ramon Arroyo Olmo y expose certaines de ses œuvres, avec pour thème le rugby.

Par Myriam Balavoine

Né en Espagne, Ramon Arroyo Olmo a étudié aux Beaux Arts de Toulouse et réside aujourd’hui aux îles Canaries. Après des expositions dans de nombreux pays (Indonésie, Maroc, Côte d’ivoire, Espagne, Thaïlande, France) et des ventes aux enchères au profit de l’association « Dessine moi une maison », il revient dans la ville rose pour une exposition au Casino-théâtre Barrière. « Ces œuvres viennent de la soirée caritative parrainée par Byron Kelleher [rugbyman international, ndlr] pour les sinistrés de Christchurch en Nouvelle Zélande » explique le peintre. Des toiles avec pour thème le rugby, représentant des scènes diverses de matchs, de joueurs ou de hakka. Des couleurs vives, des formes géométriques marquées, un savant jeu de lumières et de perspectives, c’est ce qui saute aux yeux.

“Rentrer dans la toile”

C’est en travaillant dans des milieux variés, depuis le début de sa carrière en 1979, que Ramon Arroyo s’est constitué une identité artistique et un bagage technique complets. Finalement, le peintre change de style ou de technique en fonction de ce qu’il veut exprimer. Pour cette série spéciale rugby, « j’ai utilisé du skaï, de différentes couleurs, que j’ai découpé de sorte à coller parfaitement à mon croquis », explique Ramon, toujours avec le sourire. Un travail minutieux de création afin de permettre au spectateur de « rentrer dans la toile ».

Son ingrédient à lui ? Toujours le cœur.

« La toile est mon maître, je l’écoute, je l’interroge, j’essaie de la comprendre » relate l’artiste qui place l’humain et la sensibilité au cœur de son œuvre. Il compare aisément sa peinture à la musique ou à la gastronomie. « Il faut se laisser emporter par les touches de couleurs comme par les notes de musique ou l’explosion des saveurs en bouche, c’est avec le cœur qu’on écoute, regarde ou goûte ». Son ingrédient à lui ? Toujours le cœur. C’est avec générosité qu’il donne, sans attendre en retour une gloire personnelle. Ce poète de la peinture, déterminé, veut surtout faire passer un message de simplicité et d’humilité. « La peinture est ce qu’elle est, comme chacun de nous. Nous devons nous aimer, regarder le monde et nous émerveiller ». A découvrir.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.