Olivier Maraval au Théâtre Marcel Pagnol

Olivier Maraval

« Grâce à ce spectacle, j’ai libéré mon âme » / « La scène me permet de me libérer »

Olivier Maraval jeune comédien a commencé le théâtre à l’âge de sept ans, il a créé son premier spectacle « Blues cabaret » en juin 2008, première récompense : meilleur acteur acthea 2009, sera en représentation lors du festival en délire de Villeneuve Tolosan le vendredi 20 avril.

Olivier Maraval, qu’est ce que ça fait de revenir à Toulouse ?

Ca fait du bien de revenir dans le sud !

Pouvez-vous nous parler de votre spectacle Blues Cabaret, que vous avez vous-même écrit… (Question de base : Pourquoi avoir choisi le thème du music hall  pour votre spectacle ??)

C’est un spectacle musical, le lieu de l’action se passe dans un cabaret qui est en faillite, où il ne reste que le maître de cérémonie accompagné par son pianiste qui est là depuis des lustres. Comme tous les soirs le maître de cérémonie qui a pour nom de scène « le magicien bleu », va commencer sa revue par un numéro de grande diva avec pleins d’artifices… A la fin de ce numéro il va « péter les plombs » car il en a marre que son cabaret soit en faillite, que les spectateurs fuient ce cabaret. De là il va commencer à déballer sa vie petit à petit, ses sentiments, ses démons… Il va parler, de la vie, de la mort, des histoires d’amour et à partir de ce moment là il va y avoir pleins de personnages qui vont intervenir dans le spectacle. Il va y avoir des parodies de comédie musicale ou toutes les chansons sont des créations originales, j’ai écrit les chansons et c’est une amie Charlène Brunet, qui a écrit les musiques.

Qu’est ce qui vous a poussé à écrire cette pièce ?

J’ai joué dans un spectacle musical, j’étais le seul à ne pas chanter ! Normal, étant donné que je ne suis pas chanteur et que je n’ai jamais pris de cours de chant de ma vie. J’étais assez frustré. Et de là, j’ai voulu me lancer dans l’écriture de mon propre spectacle où je peux chanter. L’inspiration est venue, suite à une histoire de cœur ! J’ai rencontré une fille qui était très complexée par son apparence, elle trouvait qu’elle avait un physique d’adolescente. J’ai eu envie de créer un personnage pour elle, qui parlait de chirurgie esthétique, de l’artificialité, superficialité… Ce spectacle m’a permis de me livrer, j’ai rajouté une partie de moi dans ce personnage au niveau de la sensibilité. J’aborde des sujets sur scène alors que dans la vie je n’aime pas en parler, comme la mort…

« J’aime bien toucher à tout »

Vous mélangez le chant, la musique et la danse : le fait de toucher un petit peu à tout, est-ce qu’on peut dire que ce spectacle est à votre image ?

Complètement, j’aime bien toucher à tout. J’aime bien le chant, j’adore le théâtre et surtout le théâtre musical. J’ai écrit se spectacle avec mon cœur, il y a beaucoup de ma vie. Je peux dire qu’il me ressemble. J’ai envie de me spécialiser dans le théâtre musical, pas la comédie musicale ! C’est-à-dire, une pièce de théâtre dans laquelle on peut être mené à chanter, mais pas à chanter en tant que chanteur, seulement interpréter une chanson. Je ne veux pas être chanteur.

Vous alternez : l’humour et la tragédie, comment définiriez-vous votre registre ?

J’aime faire rire les gens mais petit à petit je voulais me diriger vers un théâtre un petit peu plus dramatique dans l’interprétation. Ce spectacle a fait le lien, où j’ai pu lier mon amour pour la vraie comédie, le vrai théâtre burlesque et tendre vers un théâtre plus dramatique où la sincérité de l’être humain est beaucoup plus présente ou rien n’est exagéré. C’est ma personnalité aussi de lier ces deux sentiments là.

Vous dites que vous avez pour but dans ce spectacle de réconcilier deux genres de théâtre : le théâtre du rire et le théâtre institutionnel…

J’essaye de mélanger ces deux spectateurs… C’est du théâtre « entre deux », ce n’est pas seulement de la comédie ni du théâtre institutionnel, c’est du vrai théâtre populaire. Dans « blues cabaret » il y a des passages où ça va être très café théâtre, humour et des passages ou ça va être d’avantage du théâtre avec de la réflexion abordant des sujets sérieux afin d’amener les spectateurs à la réflexion sur le thème abordé. C’est ça l’idée de base.

En 2008 votre spectacle était connu sous le nom de «La dernière revue du Magicien bleu », pourquoi avoir modifié son nom ?

Avec ce titre les spectateurs s’attendaient à voir des tours de magie alors j’ai du le modifier. J’ai voulu trouver un titre qui sonnait mieux, qui « swinguait», « blues cabaret », « ça le fait » !

Depuis y a-t-il eu d’autres changements ?

Depuis 2008 jusqu’à maintenant et ce n’est pas terminé ! Il y a beaucoup de changements. ça m’arrive de jouer certains passages puis de le supprimer lors des prochaines représentations ou au contraire rajouter des répliques alors que ce n’était pas du tout prévu jusqu’avant le lever de rideau. La trame reste la même. C’est en fonction de ce que ressent le public. Le spectacle se construit avec les spectateurs !

Meilleur acteur 2009

Avec ce spectacle vous-avez eu le prix du meilleur acteur acthea 2009…

C’est génial, je ne m’y attendais pas du tout. C’est une sacré récompense pour le spectacle, pour tout le travail qui a été fourni ! Le spectacle a également été nommé coup de cœur 2009 du théâtre de la violette, qu’elle satisfaction de découvrir ça ! De voir qu’on a réussi à toucher les gens.

C’est ce qui vous donne envie de continuer à interpréter ce personnage ?

Je pense que ce personnage n’a pas terminé de dire ce qu’il avait à dire. Il peut encore le faire de manière différente. Même si sa vie à Toulouse est quasiment terminée, je pense qu’il a une vie à faire ailleurs…

Quels sont vos futurs projets ?

Je vais monter un spectacle sous forme de comédie avec une compagnie anglaise qui s’appelle « Alceste et Juliette ». Alceste qui est le misanthrope de Molière qui tombe amoureux de Juliette de Shakespeare… Il y a une confrontation entre l’idéologie française et l’idéologie anglaise. On sera en représentation le mois de juillet à Paris puis en septembre à Toulouse. Puis on va créer avec mon amie un spectacle pour enfant « Pierre et le loup » qu’on jouera du mois d’octobre à décembre sur Paris, on viendra également le jouer sur Toulouse.

 

 

Au Théâtre Marcel Pagnol

83 bd des écoles – 31270 Villeneuve-Tolosane

Vendredi 20 avril à 20h30



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.