Olivier De Benoist « Je suis devenu un grand féministe ! »


Du 19 au 22 septembre, Olivier De Benoist sera à la Comédie de Toulouse pour son nouveau spectacle « Fournisseur d’excès ». Comme dans son dernier one man show « Très très haut débit » son inspiration principale reste « les femmes » qu’il défend désormais…
à sa manière. Rencontre avec l’humoriste qui murmure aux oreilles des femmes…

 

Olivier De Benoist, à l’inverse de vos confrères, vous avez rodé votre one man show « Fournisseur d’excès » à Paris…

Oui, c’est vrai. Je fais les choses à l’envers. En général les humoristes testent leurs nouveaux sketches en Province et une fois que ces derniers sont bien ficelés ils montent à Paris. Pour ma part, étant donné que je suis Provincial, j’ai su faire le contraire. Et à présent qu’ils sont plus ou moins prêts, je me suis dit qu’il était temps de les « mater » en Province. J’arrive donc à Toulouse avec un spectacle déjà bien au point.

 

Justement, pouvez-vous nous parler de ce spectacle ?

Les thèmes abordés sont relativement similaires au précédent spectacle, notamment avec celui des femmes. Il faut le voir comme une saga. La thématique reste la même à une exception près. Je suis toujours dans la continuité du précédent spectacle, avec autant de mauvaise foi et en me servant et en abusant de l’étiquette du gendre idéal que l’on me colle. Je peux me permettre d’aller très loin dans mes « situations imagées »… Dans le premier spectacle, je prenais le parti des hommes et pour celui-ci j’ai décidé de défendre les femmes…

 

Oui, vous défendez les femmes… car elles ont « beaucoup » de choses à se faire pardonner…

(Rires) C’est un vaste programme que je propose. Je suis dans le rôle d’un défenseur maladroit de la cause féminine. Pour vous citer un exemple, à la fin du spectacle j’organise une collecte comme un téléthon, afin d’obtenir des fonds pour aider les femmes à « gommer » la différence. Il y a des sketches liés aux couples, aux enfants, à ma belle-mère. Je parle également de sujets plus « hot ». Pour défendre les femmes, j’ai décidé pour les plus malheureuses d’entre elles de parler des performances sexuelles des hommes qu’ils doivent améliorer… Cela fait partie des arguments qui peuvent donner envie à ces messieurs de venir voir le spectacle.

 

C’est un thème assez récurrent chez-vous…

Effectivement c’est un thème qui m’inspire énormément depuis que je joue. J’ai pu constater que c’est un sujet qui fait rire un grand nombre de personnes. Il est toujours d’actualité, c’est vrai que dans une société un peu morcelée, finalement le seul fil directeur commun des hommes et des femmes, c’est d’être pour la plupart en couple. Ils sont donc forcément confrontés aux problèmes que j’évoque. A ce moment-là, les sujets que j’aborde sont parfaitement compris par tout un chacun.

 

Vous êtes pourtant papa de trois enfants, cela ne vous inspire pas ?

Si tout à fait. Il y a un sketch destiné aux enfants dont je me suis inspiré de par mon vécu avec ma femme.

 

Au travers de tous ces sketches on peut déceler en vous un petit côté misogyne, l’êtes-vous autant dans la vie de tous les jours ?

Quand on me qualifie de « misogyne » et de « macho » sans rien derrière, cela m’ennuie un peu car ce n’est pas le cas. Quand cela arrive, c’est que je n’ai pas atteint mon objectif : celui de faire rire les gens. C’est le seul engagement que je me donne. Là encore, je fais une déclaration d’amour à la femme même si elle n’est pas vraiment comprise… Après, ça reste un one man show, c’est fait pour passer un bon moment.

 

Qu’en pense votre femme ?

C’est la dictature incarnée. Je me fais tout petit à côté d’elle ! (Rires) Plus sérieusement, tant que c’est drôle, les sketches lui conviennent. En fait, ma femme réagit comme toutes les spectatrices.

 

Vous puisez votre inspiration auprès d’elle ?

Oui évidemment, c’est une source inépuisable ! L’inspiration, on la trouve dans la vie de tous les jours. Le pire qui peut arriver à un humoriste, c’est de sortir de la vie quotidienne.

 

Que diriez-vous aux lectrices du Journal Toulousain pour leur donner envie d’assister à votre one man show ?

Comme c’est un spectacle où je défends les femmes, j’espère que toutes les Toulousaines seront là pour m’aider à soutenir ce combat. Et ce n’est pas un combat gagné d’avance ! Je suis devenu un grand féministe et je souhaite qu’elles soient là pour les persuader de ma bonne foi.

 

Propos recueillis par Elsa Nardari



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.