Mehari : le groupe qui fait décoller la pop

1069828_728036273924528_7391060776321503469_n

Le printemps 2013 voit débarquer un ovni sur la scène toulousaine : Mehari, un duo à la pop aussi gracile que planante. Matthieu Hernandez et Pierre-Henri Izambert sortent « Red Moon », un premier EP qui fait mouche illico. Rapidement, en 2014 le duo devient trio avec l’arrivée de « Den’s » ou Denis Degioanni, ancien batteur du groupe toulousain Diabologum. « Il nous a apporté son expérience du live et de la production en studio et a offert à Mehari de la densité sur scène », explique Matthieu Hernandez. Si le duo pouvait déjà se targuer d’envoûter le public des salles régionales, l’arrivée du dernier luron donne un coup d’accélérateur à la carrière de ces outsiders de l’électro-pop. Le tiercé gagnant trouve ses repères et montre enfin sa patte à travers un univers unique, synthèse des influences du groupe, de Pink Floyd à Air en passant par Château Marmont ou Foals. Au printemps 2014, Mehari montre sa frimousse lors de quelques jolies dates de concert, notamment à Paris où l’accueil est unanime et sort « All this time », un second EP très attendu, le 30 juin dernier. Largement plébiscité par le public comme la critique, Mehari est notamment repéré par les « Inrocks Labs » et fait la première partie de Cats on trees et Rodrigo&Gabriela lors du dernier week-end des Curiosités. En attendant de faire à nouveau planer la foule, le groupe prépare un clip pour l’automne et planche sur un premier album…



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.