Marc Jolivet : « Je rêve d’un monde meilleur»

 

Crédit Photo: DR

Du 28 au 30 novembre, Marc Jolivet est à la Comédie de Toulouse pour son spectacle « Rêvons ! » Une adaptation du livre éponyme (aux éditions Flammarion), que l’humoriste a coécrit avec Christophe Barbier, directeur de la rédaction de l’Express. Les deux hommes y revisitent l’Histoire avec l’antimorosité pour objectif. Rencontre.

 

Marc Jolivet, le spectacle « Rêvons ! » a vu le jour suite au livre éponyme écrit avec Christophe Barbier. Comment est née cette collaboration ?

J’avais envie de travailler avec Christophe Barbier. C’est quelqu’un que j’apprécie beaucoup. Un soir, je l’ai rencontré par hasard dans la rue à la sortie de la salle Gaveau à Paris. J’ai appris qu’il pratiquait depuis une vingtaine d’années le théâtre en amateur. Le feeling est très bien passé entre nous puis nous avons débuté notre collaboration. Nous avons écrit ce livre sous forme de nouvelles, avec pour objectif de nous sortir de cette morosité.

 

Comment le spectacle se déroule-t-il ?

Je suis seul sur scène, je prends le livre, j’en lis quelques extraits et très vite je commence à me moquer de Christophe. Je dis qu’il n’a en rien participé à l’écriture de ce livre, que c’est un traitre, un salaud… Je sais, ce n’est pas trop joli ! Je parle avec une pointe d’ironie de son écharpe rouge qui nous gonfle. Et bien entendu que c’est bien un homme de droite. Puis vers la fin du spectacle, son avocat ne manque pas de venir sur scène en me rappelant tous mes dires le concernant : qu’il coucherait avec Marine Le Pen, avec Jean-Luc Mélenchon… Et moi j’essaye de me défendre comme je peux, tout en nuançant ses propos.

 

Mais quelle est la part du livre dans ce spectacle ?

Au final, il n’y a pas tellement de passages du livre. Il ne reste qu’un prétexte.

 

Pourquoi avoir pris le parti d’adapter ce spectacle en deux versions (pour le spectacle toulousain, le directeur de l’Express ne sera présent que par la voix) ?

Je suis un peu fou comme garçon. J’aime tout ce qui est vivant, j’aime adapter. Christophe Barbier n’étant pas toujours libre, si je devais me contenter de jouer lorsqu’il est disponible, je ne jouerais pas souvent ! Or, mon métier, c’est la scène ! Comme nous sommes bons amis, il a accepté la deuxième version. Nous l’avons testée. Ayant de bons retours, nous avons continué à l’exploiter.

 

Durant le spectacle, vous allez rejouer des épisodes du passé (voir encadré) ou vous racontez l’Histoire telle que vous auriez aimé qu’elle se passe…

Je dis entre autres que je rêve de dépuceler Jeanne D’Arc. Nous rêvons qu’Hitler n’est plus antisémite. Puis, je critique le gouvernement comme il se doit. Je parle beaucoup d’actualité, notamment des bonnets rouges et bien évidemment, je vais évoquer les élections municipales à Toulouse. Nous refaisons le monde d’une manière plus joyeuse.

 

Au travers de ce spectacle, vous passez tout de même quelques messages…

Jamais. Un clown ne délivre jamais de messages ! Je ne fais que raconter des histoires. Après, si quelqu’un veut y trouver un message, c’est son problème. Pas le mien.

 

Concrètement, quels sujets allez-vous aborder ?

J’aime parler des sujets qui intéressent les gens. Comme les impôts. C’est le genre de sujets qui nous concernent tous. Mais vous verrez, la révolution arrivera à cause des appuie-têtes latéraux qu’il n’y a pas en seconde classe du TGV et le TER ! Ça c’est important, je vais le démontrer sur scène !

 

Est-ce vraiment un spectacle de détente. Vous parlez tout de même de sujets qui fâchent ?

Bien entendu ! Même si cela reste des sujets qui chagrinent les Français, le but est avant tout de rire. Nous avons tous besoin de ça. Puis quand je critique ce gouvernement nullissime, je peux vous garantir que c’est un moment de détente !

 

La politique reste tout de même un sujet qui vous tient à cœur…

Bien entendu ! Je vais aussi raconter comment Valérie Trierweiler et François Hollande vont inviter Léonarda et toute sa famille à l’Elysée pour les fêtes de Noël !

 

Au final, vous rêvez de quoi ?

De beaucoup de choses, mais notamment d’un monde meilleur et d’une Europe fédérale.

 

Quels sont vos futurs projets ?

Je travaille sur une pièce qui s’appelle « 1914-2014 enfin la vérité ! » C’est une comédie qui se jouera en 2014-2015. Elle sera également adaptée en film. C’est la suite de « Rêvons !» Nous avons traité le passé. Maintenant nous allons parler du présent.

 

Propos recueillis par Elsa Nardari

 

Les deux acolytes revisitent l’Histoire sous forme de nouvelles en proposant des conversations avec des personnalités destinées à les influencer pour changer le cours des choses. Il s’agit ainsi de dissuader Hitler d’écrire «Mein Kampf», de convaincre Einstein de simplifier sa théorie puisque tout est relatif ou d’expliquer à Néron les vertus d’une bonne assurance incendie.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.