L’interview décalée: Michel Bléro

Il est le personnage créé par le trio comique toulousain «Le Crevettes musclées». Sa parodie du tube de Michel Telo a vite provoqué un «buzz» énorme sur la toile. Pour le «JT» Michel Bléro dévoile tous ses petits secrets, avouables ou pas d’ailleurs. L’occasion de découvrir notamment la «banana» made in Bléro.

 

Votre plus beau souvenir d’enfance ?

 

J’avais 3 ans. Un matin, je me suis réveillé et je suis allé devant mon miroir. Et ce jour-là, grande surprise : la moustache avait poussé. J’ai tout de suite appelé ma «mama» et quand elle a vu ma moustache, elle s’est mise à pleurer : «Ca y est, tu es enfin devenu un vrai petit Bléro… Tu as la moustache, comme moi»

 

Votre type de femmes ?

Comme le dit mon chanteur préféré Frank Michael «toutes, toutes, toutes les femmes sont beeelles…»

 

Votre meilleur plan drague ?

Je m’approche de la fille et lui dis : «Je peux t’appeler biscotte, tu es vraiment craquante»

 

La situation la plus délicate que vous ayez connue ?

 Un jour, j’ai rencontré une actrice, une certaine Monica Bellucci. Je lui ai demandé son numéro de téléphone, elle ne m’a ni répondu ni regardé. Elle était trop timide et trop impressionnée de me voir. Depuis, on ne s’est jamais revus et je voudrais m’excuser de ne plus lui avoir donné de mes nouvelles. J’espère qu’elle arrivera à m’oublier.

 

«Aujourd’hui je pécho les filles du «Journal Toulousain»»

 

Une recette de cuisine à nous conseiller ?

La «banana façon Bléro». Il faut une banana bien grosse et bien ferme et une bouteille de rhum de 83cl (à fabriquer soi-même). Faites chauffer la plancha à 180 °C. Après avoir soigneusement pelé la banana, vous versez l’intégralité du rhum. Il faut que la banana soit bien imbibée, mais attention, il ne faut pas qu’elle ramollisse. Elle doit rester bien ferme. Pour finir, vous faites flamber le tout avec un briquet, et quand la flamme s’éteint, vous pouvez déguster la banana.

 

Votre destination de vacances préférée ?

 

Je n’ai pas le temps de partir en vacances mais j’ai déjà fait le tour du monde. Tous les jours je  dois honorer des femmes de partout. Hier, j’ai «pécho» des filles à Cuba, et aujourd’hui je pécho les filles du «Journal Toulousain»… Demain je dois pécho je sais plus où. Mais si vous voulez connaître toutes les dates et les villes où je vais «pécho», allez sur mon site internet www.michelblero.com

 

Avez-vous le «trac» avant de monter sur scène ?

 

Moi, le trac, je ne connais pas. Un grand chanteur comme moi n’a peur de rien. Mais par précaution, il m’arrive de mettre une couche au cas où…

 

Propos recueillis par Thomas Simonian

 

Le tube «Aie ! Je vais te pécho» disponible sur iTunes et fnac.com



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.