La vie d’Adèle, d’Abdellatif Kechiche: Faites l’amour, pas la guerre

Il y a la Palme d’or et la polémique. Il y a Léa Seydoux qui tacle Abdellatif Kechiche et Abdellatif Kechiche qui chambre Léa Seydoux. Il y a le sexe et l’amour. Et il y a le chef d’œuvre. Car au-delà du tournage tumultueux, le résultat final est magnifique. L’histoire d’amour à l’état pur. Celle qui transcende, celle qui donne confiance, celle qui fait grandir. Adèle est jeune, elle essaie de se découvrir. Puis, un regard. Celui d’Emma, jeune femme aux cheveux bleus qu’elle croise dans la rue. Et c’est la force du film : le regard, le visage, la lumière. Ces images sont là, se dessinent, changent et racontent toute l’histoire d’amour, de la naissance du désir à la dévorante passion. Les actrices – les deux principales et même les secondaires – sont criantes de vérité. Et derrière la naissance du désir, c’est surtout la naissance d’Adèle Exarchopoulos sur grand écran qui fait frissonner le plus. Face à une Léa Seydoux magistrale, elle rayonne, intrigue et convainc tout son monde. Et si la Palme d’or récompense l’ensemble du film, la jeune actrice est sans conteste la tige de cette plante dorée.

 

Ariane Riou



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.