La stratégie de la poussette, de Clément Michel: Baby blues

L’histoire est dans le titre. Thomas veut reconquérir Marie. Sa technique de reconquête ? Lui faire croire qu’il est papa d’un bébé de quatre mois, un bébé qui est en réalité celui de sa voisine. Et paf ! Voilà, «la stratégie de la poussette ». Si l’intrigue est cousue de fil blanc, les péripéties qui ponctuent le film – si on peut dire qu’elles le ponctuent -  continuent insatiablement à dérouler la bobine. Car si Marie, interprétée par Charlotte Le Bon, ancienne miss météo de Canal +, ne s’aperçoit que tard – et certainement trop tard – de la subtile stratégie de reconquête de son ex-petit ami, le spectateur, lui, n’est jamais surpris. Des disputes aux blagues, en passant par le baiser final, rien n’est neuf, tout est attendu. Sur le papier, le casting avait au moins le mérite d’être original. On annonçait même un vent frais dans le microcosme du cinéma français. Jérôme Commandeur en copain dragueur, Camélia Jordana en jeune maman paumée. Deux bébés du cinéma qui n’ont pourtant dans ce film que peu de résonnance : Jérôme n’est jamais crédible, Camélia sur-joue. Finalement, la seule apparition qui redonne le sourire, c’est Julie Ferrier. En maman aguicheuse, la comédienne excelle et provoque même quelques rictus sur les visages mordus d’ennui. C’est donc ça, le baby blues ?

 

Ariane Riou

[embedplusvideo height="281" width="450" standard="http://www.youtube.com/v/7zomgWMvbe0?fs=1" vars="ytid=7zomgWMvbe0&width=450&height=281&start=&stop=&rs=w&hd=0&autoplay=0&react=1&chapters=&notes=" id="ep2996" /]



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.