JB sur l’antenne nationale de Fun Radio

Pendant plus de deux ans, il a animé l’émission régionale quotidienne de Fun Radio Midi-Pyrénées. Aujourd’hui JB vole vers de nouvelles aventures sur ces mêmes ondes. Du haut de ses 22 ans, le Toulousain vient en effet de quitter la ville rose qu’il aime tant pour une vie parisienne qui lui réussit bien. Rencontre avec ce fou de radio qui a bercé notre été tous les week-ends avec ses «dédifun».

 

JB, pouvez-vous nous parler de votre parcours ?

J’ai suivi un parcours classique : école, collège, lycée avec un bac ES en poche. Puis direction Paris pour intégrer le «Studio Ecole de France» (l’école des radios), sur deux ans. Dès la fin de la première année, j’ai pu avoir un job. Cette école est la meilleure pour travailler dans le monde de la radio.

 

Pourquoi avoir choisi ce média ?

C’est magnifique de pouvoir parler à des gens sans vraiment les connaître, mais en étant assez intime. Ils nous écoutent à tout moment de la journée, sous la douche, chez eux, dans leur voiture, entre amis… C’est un job de passion. J’aime la musique et en ces temps de crise, les valeurs données par Fun Radio sont : la fête, un esprit positif et de vacances. C’est le top !

 

Tout l’été, vous avez animé les «dédifun» pour les auditeurs de toute la France. Comment ça s’est passé ?

Pour être un peu tendance, je vais dire que c’était le kiff ! C’est là où on se rend compte de l’immensité de la diffusion de ta voix… On reçoit des centaines de SMS en direct au studio provenant de toute la France.

Votre meilleure «dédifun»…
C’est cet auditeur qui nous a passé une dédicace pour faire sa déclaration en mariage à sa petite amie ! (rires)

 

«C’est une chance d’avoir interviewé David guetta et Matin Solveig !»

 

Vous venez de quitter Fun Radio Toulouse. Quel meilleur souvenir en garderez-vous ?

Il y en a des dizaines… Souvent, on dit que dans chaque aventure, il y a des hauts et des bas. En deux ans et demi dans cette radio locale, j’ai l’impression de n’avoir eu que des «hauts». On a fait des soirées avec plus de 4.000, voire 5.000 personnes. J’ai pu rencontrer beaucoup d’auditeurs – qui sont aujourd’hui des amis-, des stars également. C’est une chance d’avoir pu interviewer dans mon studio David Guetta et Martin Solveig…

 

Etes-vous nostalgique de la vie toulousaine ?

Oui et non… Bien entendu mes amis, ma famille, l’ambiance de cette ville me manque. Mais c’est un choix. Je sais pertinemment que je retournerai à Toulouse régulièrement. On revient toujours aux sources !

 

Vos endroits préférés toulousains ? (boîtes/restaurants/quartiers…)

Pour les boîtes, j’ai beaucoup apprécié la Dune, le Royals et l’Opium Club pour leur ambiance. Un restaurant espagnol que j’aime bien, le «Don pancho» qui se situe à Compans Caffarelli. Pour le reste, le quartier de la radio «rue Gabriel Péri» car il est très animé et évidemment le stadium, mon église pour le TFC !

 

Comment se passe votre vie parisienne ?

Cet été sur Paris il a fait beau, donc tout va bien ! C’est une chance d’être dans cette ville. Pour la radio, c’est là où tout se passe, c’est le moteur de l’action. Les dirigeants, les stars, sont à la Capitale.

 

Quelle différence y-a-t-il entre votre job à Toulouse et vos nouvelles fonctions parisiennes ?

Sur Toulouse, l’important était de mettre en valeur le côté local. Proposer des jeux et faire gagner des places pour aller voir le TFC, le Stade Toulousain, des entrées dans des soirées toulousaines branchées, la météo et même quelques points route… A présent, sur l’antenne nationale, je travaille davantage le côté «people» et infos musicales, tels que des secrets de stars, des dates de sorties d’albums, des duos en préparation, les «gros» concerts à venir…

 

«L’auditeur doit avoir sa dose de dancefloor»

 

L’ambiance y est bonne ?

Oui elle est vraiment au «top» entre autres parce que je connaissais déjà du monde en arrivant. On travaille dans un climat très convivial avec quelques «vannes» qui sortent à tout moment de la journée…

 

A quoi pensez-vous avant de prendre l’antenne ?

A garder le sourire. Peu importe ce qu’il peut t’arriver. Avant de prendre l’antenne, l’auditeur doit avoir sa dose de son «dancefloor» afin d’avoir «la patate». C’est le plus important.

 

Justement, comment décririez-vous la relation que vous entretenez avec vos auditeurs ?

Je reçois beaucoup de messages sur Facebook (JB Fun Radio) et Twitter (@JbFunRadio), certains veulent des dédicaces, d’autres, visiter les studios… On essaye de répondre à tout le monde. A Toulouse, on pouvait les rencontrer lors des événements, des soirées Fun Radio. On fait ce travail aussi pour ça.

 

Votre playlist du moment ?

Il y a deux nouveautés à la rentrée qui vont nous faire bouger sur le dancefloor : Basto, une des révélations DJ de cette année, avec le titre «I rave you» et Kid Cudi «Pursuit of Happiness» qui est la BO du film Projet X.

 

Un message pour vos auditeurs toulousains ?

Fun Radio est la radio la plus écoutée dans la Ville Rose. Soyez fidèles à cette marque, parlez-en autour de vous. Vous allez vite croiser Mikaël qui a pris ma relève sur l’antenne toulousaine entre midi et 16h (105.9FM).

 

Propos recueillis par Elsa Nardari

 

 

 

 

Repères :

-          Né le 20 Mars 1990 à l’Union

-          Février 2010 : Ses débuts à Fun radio Midi-Pyrénées

-          Eté 2012 : Début à l’antenne nationale de Fun radio

 

 

 

JB en dehors de la radio

Amoureux de foot, JB est également responsable d’un site sur l’actualité du TFC (Toulouse Football Club) depuis 2007. «Je suis très attaché à ce club» confie-t-il. AllezTFC.com compte 15 000 visiteurs par jour.

http://www.funradio.fr/



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.