Happiness therapy, de David O. Russell: La vraie stratégie du bonheur

Pat est dépressif. Vraiment dépressif. Et pour cause, il a tout perdu : sa femme, son boulot et sa maison. La mauvaise équation. Après huit mois passés en hôpital psychiatrique, il tente de se reconstruire tant bien que mal. Sa rencontre avec Tiffany, la version féminine et déprimée de lui-même, pourrait faire pencher la balance vers le bien. En tout cas, si Pat cherche la stratégie du bonheur, le cinéphile, lui, semble l’avoir trouvée. « Happiness therapy », c’est la comédie de la rentrée 2013. Deux heures de répliques piquantes, de rires enjoués et d’une émotion communicative. Certes, « Happiness therapy » développe – en façade – quelques codes scénaristiques de la comédie romantique. Deux personnages égarés, faits pour se rencontrer. Que nenni ! Le renouveau de la romcom a sonné ! Un nouveau souffle bercé par les prestations remarquables de Bradley Cooper, le beau gosse de Very Bad Trip, et de Robert de Niro, fantastique en père de famille bourré de TOCS et superstitieux. Tous nommés aux Oscars dans leurs catégories respectives – et même si on sait la rareté des comédies dans le cercle fermé des lauréats du fameux festival américain, on espère que l’un d’entre eux fera briller, le temps d’une soirée, ce petit bijou de comédie.

 

Ariane Riou



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.