Gangster Squad, de Ruben Fleischer: Pas de répit pour les gangsters

Fin des années 50, Los Angeles porte mal son nom. Peu d’anges dans la cité, beaucoup de gangsters. Alors que Mickey Cohen, à la tête d’un puissant réseau mafieux, s’entête à conquérir toute la ville, une bande de flics sans concession tente de l’en empêcher, dans le plus grand secret. Le vieux film de gangsters – à la sauce XXIe siècle – dans toute sa splendeur. Tous les ingrédients sont là, des assauts sanglants à l’intrigue ficelée.  Certains clichés aussi, mais une pointe d’épice vient pimenter le tout. Grâce à des plans intelligemment tournés, le long-métrage offre paradoxalement une touche de beau à la violence des combats. Observer le ralenti de la douille d’une balle qui vient de transpercer la poitrine d’un homme, puis écouter le son du métal qui touche le carrelage, entre deux rafales sanglantes. Ruben Fleischer laisse respirer le spectateur. En mettant en scène des acteurs crédibles – Sean Penn irrésistible avec sa gueule cassée de parrain, Ryan Gosling en ténébreux policier – et en dosant la violence par des répliques et des montages cocasses, le réalisateur américain réussit son pari avec efficacité. On rit, on se cache les yeux, on peut même être susceptible de verser une petite larme. Contrat rempli, renouveau du genre ?

 

Ariane Riou



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.