Francis Perrin: Molière malgré lui… pour le plaisir de tous !

Qui peut oublier Francis Perrin dans le rôle de Scapin, Alceste, Philinte, Sganarelle et tant d’autres personnages issus du génie créatif qu’était Molière ! Aujourd’hui, le comédien lui rend un hommage remarquable avec le spectacle « Molière malgré moi» donc il est l’auteur, le metteur en scène et l’acteur. Lorsqu’une icône de la scène contemporaine honore un des grands Maîtres du théâtre français… Récit d’une rencontre enchantée.

 

L’interview

« Molière était le premier farceur de France ! »

Francis Perrin, qu’est-ce qui vous a amené à écrire ce texte “Molière Malgré moi”?

Entre Molière et moi, c’est une longue histoire d’amour ! Lorsque l’on est comédien, il est un auteur incontournable. En 2007, j’ai d’ailleurs publié l’ouvrage « Molière, chef de troupe » chez Plon. On m’a souvent dit qu’il fallait que je fasse un spectacle sur lui, mais je ne me sentais pas le courage de proposer un monologue sur scène…

Qu’est-ce qui a fait pencher la balance ?

Des universités américaines m’ont demandé de créer un texte racontant Molière pour le faire découvrir aux étudiants. En octobre 2014, je me produirai donc là-bas, le spectacle sera précédé d’une Master Class.

Où le public peut-il voir « Molière malgré moi » ?

C’est la troisième fois que je présente « Molière malgré moi ». En juillet, à Pézenas, dans le cadre du festival « Molière dans tous ses éclats »puis à Fréjus pour « Les nuits Auréliennes 2013 », un festival de théâtre. J’avais promis à Bernard Verdier, le maire de Castelnau-Magnoac, une représentation lors des Rencontres artistiques du Magnoac (ndlr, le comédien séjourne régulièrement à Castelnau Magnoac). Je le présenterai lors de festivals avant de partir dans les universités américaines puis au théâtre à mon retour.

Sur scène, vous faites découvrir un autre Molière…

Oui, on ne connait pas Molière, l’homme. Il était un chef de troupe, un meneur, un entrepreneur de spectacles, un amoureux de Homme, un écrivain et même un courtisan. Il a fait vivre 45 personnes durant 15 ans, ce n’est pas rien !

Le public à beaucoup rit, quel est votre secret?

Je ne sais pas ! Il y a le rire, l’émotion…Molière était le premier farceur de France ! Il y a toujours une connexion entre un auteur et un comédien…

 

Le spectacle

Il est 20 heures, la file d’attente devant l’entrée de la salle des fêtes de Castelnau-Magnoac s’étire et serpente sur la place. Le public afflue, beaucoup se connaissent, se saluent et discutent. D’autres découvrent et s’imprègnent du charme du lieu. L’ambiance est conviviale. La notoriété des Rencontres artistiques du Magnoac croit chaque année et les spectateurs n’hésitent plus à faire quelques kilomètres. Certains viennent d’Auch, de Tarbes, de Lannemezan, de Toulouse. D’autres de beaucoup plus loin car le festival est l’occasion de passer quelques jours de vacances dans les terres tranquilles du Magnoac. Les gens s’installent tout aussi tranquillement qu’ils font la queue. Sur scène, le décor est simple mais évocateur. D’un côté, un paravent de bois sur lequel sont accrochés une perruque et deux costumes, un rouge et un noir. Puis, dans le prolongement, une table héberge une carafe et deux verres. De l’autre côté, sur une étagère de bois trônent un livre, une plume d’écriture, un chapeau d’époque et le buste du célébrissime Jean-Baptiste Poquelin. Le centre de la scène est occupé par un massif fauteuil habillé de velours.

A 20h30, la salle est pleine, il y a toujours un peu de monde à la billetterie. Pour parfaire la transformation de la salle de fêtes en théâtre, les vastes fenêtres ont étés obscurcies. Tout est prêt.

Francis Perrin fait une arrivée tonitruante et fracassante. Une de celles dont il a le secret. D’emblée, d’un trait, il confie au public qu’il ne dispose que de cent minutes pour parler de Molière. Le défi est posé, le ton donné. Le comédien entame l’histoire, le récit de la vie d’une des plus illustres personnalités françaises. Il commence, avec un léger bégaiement, par évoquer le père et la mère de Jean-Baptiste Poquelin, sa première représentation devant le roi Louis XIV. Les étapes de la vie de Molière sont peintes avec minutie par le comédien. Avec une couleur toute particulière, comme une empreinte : une gravité réaliste ponctuée d’humour et accentuée d’une certaine tendresse. Les succès, les échecs, les joies, les peines, les amours, les amitiés, les trahisons. Le public vibre, retient son souffle, réagit, rit. Tout le monde connait Molière, ou pour le moins une de ses œuvres, et chacun reçoit un fragment de l’énergie dispensée par l’acteur sur scène. Francis Perrin révèle Molière, l’incarne. La performance artistique est remarquable, le métier, la sensibilité, le jeu du comédien subliment le texte. Par moment, il est même difficile de savoir qui est sur scène, Perrin ou Poquelin ? C’est comme un feu d’artifice, et ce, jusqu’au bout ou pour clore l’hommage, l’auteur de « Molière malgré moi » décide de remettre à Molière un Molière ! A propos des autres nominés, le comédien déclame « Racine et Corneille ont bien du talent mais on parlera toujours la langue de Molière ».

La représentation se termine dans un tonnerre d’applaudissement. Une grande partie du public reste car le comédien va revenir. Mais cette fois-ci, dans la salle et en habits d’aujourd’hui, pour partager un verre avec qui trinquera !

 

Les rencontres artistiques du Magnoac

La commune de Castelnau-Magnoac, dans les Hautes-Pyrénées, accueille depuis huit ans maintenant un festival baptisé « Les rencontres artistiques du Magnoac ». Au départ plutôt musical, le rendez-vous s’est enrichi au fil des éditions en s’ouvrant aussi sur la comédie, la lecture. Ainsi la troupe des festivaliers compte le comédien Francis Perrin, l’artiste lyrique Léontina Vaduva, le violoncelliste Marcian David, le pianiste Patrice Peyrieras, le metteur en scène Anda Tabaccaru-Hogea, l’auteure Clélia, fille de Lino Ventura. La talentueuse musicienne Alina Pavalache, fondatrice et directrice artistique des rencontres propose une Master Class de chant dont le fruit du travail est présenté au public lors de la soirée de clôture. Prochain rendez-vous en août 2014.

Plus d’information : castelnau-magnoac.fr

Bio express

Francis Perrin voit le jour en octobre 1947 à Versailles. Ses parents travaillent dans le cinéma. Après avoir obtenu un bac philo, il entre à 25 ans à la Comédie Française et entame alors sa carrière de comédien. Brillant sur scène, le cinéma commence à faire appel à lui. Le comédien touche à tout, jongle avec talent entre les planches et les écrans, intégrant même les célèbres Grosses têtes aux côtés de Philippe Bouvard. Directeur de théâtre, de festival, il peaufine son art. Il cède à l’appel de la plume en 2003 en publiant un premier ouvrage : « Mon Panthéon est décousu », un rêve qui l’accompagnait depuis son enfance. L’homme de par son talent, son tempérament et sa simplicité touche, plait, en témoigne la longévité de sa carrière, 41 ans.

 

Marie-Agnès Espa



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.