Jean-Marie Périer\ Expo photo au Bazacle : A la rencontre des 60’s !

Ex-fan des sixties, petite baby-doll… Pour retrouver ces années folles et toutes ses idoles, il suffira d’aller cet été au Bazacle à Toulouse, à la rencontre des mythes des années 60 grâce à l’exposition de Jean-Marie Périer.

 Jusqu’au 25 août, l’Espace EDF Bazacle s’offre un retour vers l’euphorie des années 60 à travers une exposition rétrospective de Jean-Marie Périer, photographe attitré de cette période. En bord de Garonne, le décalage entre ce lieu historique et industriel (une ancienne usine hydro-électrique qui produit toujours 3000 kwatts d’énergie en plein cœur de ville) et   la culture pop et yéyé réserve une heureuse surprise. La rencontre avec le personnage de Jean-Marie Périer, dandy souriant que suit partout son joli cocker, et ses photos d’une période culte l’est aussi. Photographe, notamment pour Paris Match à ses débuts, ELLE plus récemment et surtout pour Salut Les Copains, également réalisateur de films et de publicités, Jean Marie Périer a côtoyé les futures stars de ce Paris insouciant avant de partir vivre aux Etats-Unis pour finalement s’installer il y a quelque temps en Aveyron. De ces années un peu folles où tout était possible, il dit juste qu’il « s’est contenté de les vivre ». A fond ! En fréquentant l’intimité de ces jeunes chanteurs et en les photographiant avec un seul mot d’ordre de son patron Daniel Filipacchi, fondateur de Salut les Copains : « tu fais ce que tu veux comme photos, mais il faut que ça déplaise aux parents » ! N’oublions pas en effet que ces clichés étaient faits pour être affichés dans les chambres des ados ! « C’est pour cela qu’elles sont gaies et en couleur, je ne cherchais pas à faire de l’art. » Loin des diktats de l’intelligentsia et du monde des « spécialistes » qu’il n’aime toujours pas, Jean-Marie Périer est comme ses photos : impertinent !

 

140 clichés et autant de souvenirs

 

C’est Etienne Daho qui, le premier, l’a incité à ressortir ses clichés des années 60 : en guise de remerciement, il figure parmi les héros de l’époque exposés au Bazacle. Françoise Hardy bien sûr (« la plus belle » selon le photographe qui vécut quatre ans avec elle), Claude François, Johnny Halliday, Sylvie Vartan, Jacques Dutronc, Les Rolling Stones, Bob Dylan, les Beatles : ils sont tous là ! Pour marquer les esprits des jeunes garçons de Liverpool pas encore trop dans le vent, Jean-Marie Périer les fit poser dans le noir en train d’allumer une cigarette ! Voilà une photo qu’on ne ferait pas aujourd’hui mais que les Beatles apprécièrent : Jean-Marie Périer les suivit ensuite pendant cinq ans. « J’ai eu la chance d’avoir 22 ans en 1962, d’être là où il fallait avec qui il fallait » raconte le photographe. C’est tout cela que cette exposition de Jean-Marie Périer, accompagnée d’une bande-son conçue pour l’occasion, raconte et beaucoup plus encore !

 

Alexandra Foissac

>



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.