Do not disturb :Petit pari entre amis

Deux potes, une soirée bien arrosée et quelques paris en toute innocence. Parfois, certaines élucubrations nocturnes se révèlent difficiles à mettre en œuvre au moment du réveil. Faire un porno amateur avec son meilleur pote hétéro fait partie du top 5 des gages encombrants. Yvan Attal adapte ici une comédie américaine, étonnamment plus sentimentale qu’il n’y paraît. Si les personnages sont tous singuliers, le véritable sujet de ce cocasse long-métrage n’est autre que la tumultueuse relation homme / femme, en l’occurrence homme / homme. Certes, l’histoire est amusante, mais teintée d’interrogations existentielles souvent redondantes. Suis-je homosexuel si je couche une fois avec un homme ? Trompé-je ma femme si c’est avec un homme ? Très vite, on finit par souhaiter que les deux amis mettent rapidement en pratique leur gage d’un soir, pour mettre fin à ce long cycle d’hésitations. Rythmé par des images tantôt sulfureuses, tantôt douces, dont les quelques flous font parfois mal aux yeux, «Do not Disturb» réussit finalement – et plutôt a posteriori – à engager une certaine réflexion, et nous offre, en prime, un spectacle buccal inédit. N’ayons pas peur des mots, la fougueuse galoche entre Yvan Attal et François Cluzet est déjà un classique du 7e art.
[embedplusvideo height="281" width="450" standard="http://www.youtube.com/v/di3Nht6Dfog?fs=1" vars="ytid=di3Nht6Dfog&width=450&height=281&start=&stop=&rs=w&hd=0&autoplay=0&react=1&chapters=&notes=" id="ep2380" /]

Ariane Riou



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.