Comme des frères, d’Hugo Gélin

C’est bien connu, il y a toujours une fille dans la vie d’un homme. Parfois, il n’y en a qu’une seule pour trois hommes. Trois générations que tout oppose jusqu’à ce que la fille, celle qu’ils aiment, s’en aille. Sur le papier, Hugo Gélin nous propose une comédie dramatique. Dramatique, certes. Parfois poussée au pathos mielleux, voire pire, à la larmichette excessive. Il faut dire que le sujet s’y prête. Pourtant le potentiel sympathie du film existe bel et bien. Car «Comme des frères» est surtout – et seulement – une comédie. Et c’est cette facette-là du long-métrage qui, par les blagues bien pensées et bien pensantes du dialogue, rend efficace la proposition cinématographique. Plus qu’une comédie, c’est aussi un véritable road movie, avec un voyage sur les autoroutes de France. Mention spéciale à Pierre Niney, qui interprète le plus jeune des trois garçons. Ce pensionnaire de la Comédie française est mordant de crédibilité. Il porterait presque le film sur ses frêles épaules. Si bien, qu’à la fin de la séance, une envie rarissime nous envahit : remercier le jeune adulte pour les nombreux éclats de rire qu’il nous a communiqués. Et puis, zut ! Merci, Pierre.

 

Ariane Riou

[embedplusvideo height="281" width="450" standard="http://www.youtube.com/v/1XJkU5R-hlc?fs=1" vars="ytid=1XJkU5R-hlc&width=450&height=281&start=&stop=&rs=w&hd=0&autoplay=0&react=1&chapters=&notes=" id="ep2203" /]



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.