Claude Sicre au festival Méditerrané0′

«Voyage en Méditerranée»

 

Membre du groupe les «Fabulous Trobadors». Claude Sicre est très impliqué dans le milieu associatif culturel. Cet amoureux des langues, plus particulièrement de l’occitan, est présent sur la scène toulousaine depuis des années. Il participera au festival Méditerrané0′ pour la 8e édition, du 14 au 16 septembre prochains à Portet-sur-Garonne. Rencontre avec cet artiste imprévisible, toujours en quête de nouveautés.

 

Claude Sicre, on vous connaît plus particulièrement sous le nom de «Fabulous Trobadors», mais c’est seul que vous serez sur scène lors du festival Méditerrané0′

Oui, il est vrai que les Fabulous Trobadors est un groupe qui se produit sur de grandes scènes mais il m’arrive de temps en temps de faire des «petits trucs», comme des conférences, seul.

 

Le thème de votre représentation est «Voyage en Méditerranée». A quoi pouvons-nous nous attendre ?

Ce n’est pas une représentation mais plutôt des lectures de textes, des confidences, des réponses aux questions que les spectateurs se poseront, je ne jouerai pas personnellement mais je ferai écouter de la musique… Avec moi on ne sait jamais à quoi s’attendre ! Si ce n’est que je vais quand même ruiner quelques clichés sur la Méditerranée car il y a certaines «choses» qui se disent à ce sujet avec lesquelles je ne suis pas tout à fait d’accord…

 

Vous serez accompagné d’un interprète en langue des signes…

Oui tout à fait. C’est important pour moi ainsi que pour le festival. J’ai toujours privilégié la place de la langue des signes. Pour des concerts que j’ai organisés, j’ai d’ailleurs fait traduire les paroles des chansons en cette langue «gestuelle».

 

Pourquoi est-ce important pour vous ?

Je m’intéresse aux langues en général. J’ai découvert le monde de cette langue, autrefois appelé des «sourds et muets». Il faut savoir que Toulouse en est la capitale européenne. De nombreux spécialistes sont venus s’installer dans cette ville, des cours de langue y sont proposés, il y a beaucoup de réflexion à ce sujet.

 

Vous chantez de temps en temps en occitan…

Oui l’occitan m’a intéressé. Mais comme l’anglais, je ne comprenais pas ou très peu cette langue. Or j’aime bien la difficulté. J’ai pu l’apprendre, le comprendre. Il permet de chanter des sujets qu’on ne peut pas forcément interpréter en français.

 

«Je suis toujours en train d’inventer»

 

Fabulous Trobadors, est un duo que vous formez avec Ange. B. Comment vous êtes-vous rencontrés?

Je cherchais une personne pour jouer avec moi. J’avais un style avant-gardiste. Comme le rap et le ragga, à l’époque ces genres de musiques n’étaient pas connus. Je n’arrivais à trouver personne car j’étais très difficile. Les gens ne comprenaient pas trop mon style de musique. Puis un jour, une amie m’a présenté son frère qui faisait des «bruits» avec sa bouche ; ce qu’on appelle aujourd’hui du beatbox, et le feeling est très bien passé.

 

Vous avez 20 ans d’écart avec Ange. B. C’est ce qui fait votre force selon vous ?

Non, ce qui fait notre force, c’est notre style !

 

Votre dernier album date de 2003…

Ce dernier album «Duels de tchatche» est le meilleur au point de vu des ventes. Et puis j’ai voulu faire une pause. Après 25 ans de musique, j’avais envie d’arrêter un peu, prendre du recul pour me ressourcer, faire des choses nouvelles. On reprendra peut-être d’ici deux trois ans.

 

Ce succès ne vous a pas donné envie de repartir sur un nouvel album ?

Non, quand on commence à exploiter quelque chose commercialement, ça ne m’intéresse pas. Quand ça marche trop facilement, je m’ennuie. Je suis toujours en train d’inventer. Je ne me vois pas comme un retraité de l’invention qui fait toujours la même chose pendant trente ans.

 

Quels sont vos projets ?

Un disque personnel est prévu pour l’année prochaine ! Puis il y a 13 ans avec l’association «escambiar» on a créé le festival «Peuple et musique» – cette année il aura lieu du jeudi 25 au dimanche 28 octobre à la cinémathèque de Toulouse. Cette manifestation est basée sur la découverte des musiques avec projections de films, des conférences, des concerts… C’est un bol de réflexion sur la musique du monde.

 

Propos recueillis par Elsa Nardari

 http://www.festivalportet.fr/

 

 

Escambiar qu’es aquò ?
Fondée en 1981. Escambiar est une association basée sur des échanges d’informations musicales. Des concerts de musiciens étrangers sont organisés, des ateliers, des conférences, des manifestations sont ainsi proposés sur le thème de la musique.
Elle s’occupe également du «management de groupes musicaux», de leurs créations – tels que Fabulous Trobadors, Bombes 2 bal, les 2Zélectriques…, de l’entrée en studio jusqu’à la promotion des disques.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.