Camille redouble, de Noémie Lvovsky: Back to the 80’s !

Retomber en enfance, revivre les joies et les peines adolescentes. Cela paraît impossible, tout est derrière nous. Sauf pour Camille. Un soir de Saint-Sylvestre 2008, alors que l’histoire d’amour de sa vie part en lambeaux et qu’elle retrouve ses trois amies d’enfance pour fêter la nouvelle année, elle s’évanouit et se réveille l’année de ses 16 ans. Les eighties, les looks rock et bariolés, les intérieurs colorés, et le premier amour. Camille revit tout et tente de prévenir ses jeunes erreurs. Pour nous, c’est la première fois, et c’est d’autant plus grisant. La femme-enfant est pimpante, dynamique et amoureuse. Cet autoportrait d’une Noémie Lvosky, interprété et réalisé par elle-même, est bercé par une douce nostalgie, qui nous ferait presque regretter nos jeunes années. Les captures des moments précieux de ses années lycée dynamisent son aventure. Tout paraît plus facile. Et c’est avec simplicité et plaisir qu’on retrouve la joyeuse bande du film «Les beaux gosses» (de Riad Sattouf), toujours ados, mais à une autre époque. A noter la présence, courte mais décapante, de Mathieu Amalric en prof de français ringard, qui traduit pleinement l’ambiance générale du film. Du cocasse et du précieux, les atouts charmes de ce long-métrage hors du commun ne manqueront pas de vous séduire.

 

Ariane Riou

[embedplusvideo height="281" width="450" standard="http://www.youtube.com/v/OL8a2b4--RE?fs=1" vars="ytid=OL8a2b4--RE&width=450&height=281&start=&stop=&rs=w&hd=0&autoplay=0&react=1&chapters=&notes=" id="ep7154" /]



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.