Calogero et Stanislas « Nous avons tant de plaisir à chanter à cinq ! »

Circus sera le mercredi 2 octobre prochain au Casino Théâtre Barrière de Toulouse.

Plus qu’un groupe, ces cinq chanteurs et musiciens de talents : Calogero, Stanislas, Karen Brunon, Philippe Uminski et Elsa Fourlon, ont une histoire à raconter… Rencontre avec deux membres du groupe, Calogero et Stanislas en promo dans la ville rose.

 

Calogero, Stanislas, qui est à l’initiative du groupe ?

Calogero : C’est moi. Je connais Stanislas depuis une dizaine d’années. Nous sommes amis en dehors de la musique, mais nous avons toutefois auparavant partagé un duo ensemble : « La débâcle des sentiments ». Nous avions convenu que ce serait super d’aller plus loin et de monter un vrai groupe de pop-rock avec des amis. De ce pas, nous avons fait appel à Philippe Uminski, Karen Brunon et Elsa Fourlon pour créer véritablement une sorte de troupe.

Stanislas : Quand « Calo » m’a appelé, il y avait deux idées fortes : la première était effectivement de former un groupe. La deuxième, de travailler immédiatement sur une histoire, car nous voulions faire plus que des concerts. Nous avions le projet de construire notre groupe autour d’une histoire concrète et de ce fait, de nous projeter sur le spectacle et les personnages… Mais ne vous y trompez pas, il n’est pas question de comédie musicale où l’on se mettrait à danser sur scène ! (rires)

Quand Karen Brunon, Philippe Uminski et Elsa Fourlon vous ont rejoints, vous leur avez exposé votre projet du cirque, comment ont-ils réagi ?

C. : Avant toute chose, notre volonté était de faire la musique. Nous avons tout construit ensemble.

S. : Nous voulions mettre davantage l’accent sur l’esprit de groupe que sur le cirque.

Votre spectacle est décrit comme un « opéra pop »… 

C. : Oui « pop » par notre style musical, et « opéra » parce que nous avons une histoire à raconter, celle de notre groupe. Il y aura de la narration souvent en musique entre chaque chanson… Il va y avoir une vraie scénographie, des projections, des illustrations de notre histoire, puis un décor…

 

Quel cirque !

 

Pourquoi avoir choisi le thème du cirque ?

C. : Tout simplement parce que nous avons une attirance pour cet univers du saltimbanque. S’inspirer de l’univers du cirque nous a paru évident, pas forcément le cirque dans sa forme traditionnelle, mais davantage le côté famille…

S. : Le côté voyage également… Puis, nous voulions commencer comme un « petit groupe ». Souvent, le premier album porte le nom de son histoire. En l’occurrence, Circus chante Circus.

 

Malgré le thème choisi qui se veut joyeux, dans certaines de vos chansons on décèle de la mélancolie…

C. : Oui, effectivement par moment… Même si la finalité n’est pas mélancolique !

S. : Mais la musique est mélancolique…

C. : Cela dépend du moment que vous êtes en train de vivre. Si à cet instant T le passage de votre vie est mélancolique, votre musique le sera également…

S. : Je crois même que lorsque vous écoutez une chanson, arrivé à ce passage que vous aimez vraiment car il vous rappelle de bons souvenirs, vous avez ce plaisir de la mélancolie du passé…

 

Majoritairement le groupe est masculin, pourquoi avoir rajouté une touche de féminité ?

C. : Parce qu’elles (Elsa et Karen, ndlr) sont de brillantes musiciennes qui jouent de plusieurs instruments. Elles ont des voix sans vibratos, très pures, qui font référence à des influences que nous affectionnons particulièrement comme Michel Legrand, Les Parapluies de Cherbourg (film musical dans lequel jouaient et chantaient Catherine Deneuve et Françoise Dorléac, ndlr)…

S. : A chaque fois, on a l’air de s’étonner qu’un groupe intègre des filles. C’est peut-être nos âges aussi qui font que nous avons pensé à ça mais c’est le contraire qui aurait été étonnant. Quand on est jeune, aux alentours de 15 ans, les groupes qui se forment sont exclusivement composés de garçons ou de filles. Si on se mélange, les hormones entrent en jeu et en général, ça clashe ! (Rires) Mais là, nos passions internes sont un peu passées, alors nous pouvons tout à fait créer un groupe mixte…

Cela faisait partie de vos critères que chacun d’entre vous soit musicien et chanteur ? Que tout le monde puisse apporter sa patte dans chacune des compositions ?

C. : Oui, tout le monde est libre d’apporter sa pierre à l’édifice.

S. : C’est important de le dire, car c’est un groupe à la fois musicien et très vocal. Nous avons tant de plaisir à chanter à cinq !

Concernant l’avenir du groupe, pensez-vous à une suite avec un nouvel album, ou allez-vous retourner à vos carrières respectives ?

S. : Une chose est sûre : nous serons toujours amis !

C. : Nous avons fait un album, une tournée de quarante dates est prévue mais ensuite nous retournerons à nos carrières respectives. Après nous verrons bien si le public nous réclame ! (Rires)

Propos recueillis par Elsa Nardari

 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.