Bruit Qui Court ou « le son de la rue »

Bruit qui court

2002. Bruit Qui Court naît à Toulouse sur la base d’un trio acoustique. Rapidement, les enfants prodiges de la poésie scandée se dirigent vers un quintet rock. Douze ans plus tard, ils ont déjà six disques à leur actif, dont deux albums. Et le petit dernier – et non des moindres- sera dans les bacs dès le 13 octobre. Bruit Qui Court, c’est avant tout des textes français enrobés d’une furieuse mélopée. Un univers sombre et précis, aussi mélancolique que subversif qui plante ses racines dans la protestation. Dans leur dernier album, les cinq révoltés affichent clairement ce qu’ils sont devenus. « Nous sommes repartis de zéro pour faire ce que nous sommes vraiment », explique Nicolas Lafforgue, chanteur du groupe. « L’absence de guitare était déjà un défi en soi. Musicalement, cela n’a plus rien à voir, on a vraiment laissé parler nos envies vers un son plus dur, plus direct. BQC veut montrer quelque chose qui vient du peuple, de la rue. » Le groupe a récemment été soutenu par le financement participatif pour l’enregistrement de son dernier opus et prépare une tournée 2014-2015 orientée cette fois-ci vers le national et l’étranger. A commencer néanmoins par une date dans leur sud natal, le 16 octobre à la Dynamo, pour un concert de lancement.  Ames sensibles s’abstenir, Bruit Qui Court sème maintenant à la volée sa haine, sa colère et sa rage.

 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.