Ben l’Oncle Soul « J’ai envie de défendre les chansons sur scène »

Le mercredi 20 novembre au Bikini, « Ben l’Oncle Soul » présentera les nouveaux titres qui composent son prochain album dont la sortie est prévue début 2014. C’est en compagnie des « Monophonics », groupe originaire de San Francisco que l’interprète de « Soulman » assurera le show. Rencontre.

 

Votre dernier album date de 2010, que s’est-il passé pour vous ces trois dernières années ?

Le succès et l’enthousiasme qu’a rencontré le précédent album, ont fait que j’ai beaucoup voyagé. Avec l’équipe de la tournée, nous avons fait énormément de concerts en France, en Europe, même partout dans le monde, au Japon, en Russie, en Nouvelle-Calédonie, les Etats-Unis etc. pour défendre cet album et le faire vivre. Au total, elle a duré quasiment deux ans.

 

Après ce succès fulgurant, ressentez-vous un peu de pression pour celui à venir ?

Tout artiste se met une pression positive avant la sortie d’un opus. C’est une étape importante qui est marquée dans notre histoire et notre parcours artistique à jamais. C’est un peu, comme j’imagine, une nouvelle exposition pour un peintre. Nous nous mettons à nu d’une certaine manière, c’est une sorte d’exhibitionnisme (rires) ! Mais je suppose qu’avec l’habitude, cela s’arrange au fil des ans.

Pour ce nouvel album, vous n’êtes pas dans un « schéma classique » puisque vous entamez la tournée avant que l’album ne soit dans les bacs…

C’est vrai. Les chansons étaient prêtes il y a déjà un petit moment de ça. Le temps imparti jusqu’à la sortie est prévu pour le mix, le mastering, le travail pour la pochette etc… A l’heure actuelle, du fait que les chansons existent, je n’ai qu’une envie : les défendre sur scène, les chanter aux gens, les tester… Mais par-dessus tout, j’ai envie d’avoir un échange avec le public dans la mesure où ce dernier peut avoir une réelle incidence pour mes choix futurs. Je m’explique : l’album est réalisé à 90%. Les 10% restants se jouent maintenant, pendant ces quelques semaines de tournée. Je vais me baser sur ses réactions à l’écoute des chansons pour convenir de la sortie des singles par exemple.

 

La scène vous manque, parce que vous êtes avant tout un showman…

On dit souvent ça. J’aime beaucoup le studio, je m’y intéresse de plus en plus. Puis, la scène ne va pas sans un passage au studio. Mais, il est vrai, le moment de partage avec le public sur scène est très important pour moi.

 

Votre tournée s’intitule « Ben L’Oncle Soul & Monophonics ». Pouvez-vous nous parler de ce groupe qui vous accompagne ?

Oui, c’est un groupe qui vient de San Francisco. Nous nous sommes rencontrés lors de leur concert à Paris. J’étais complétement amoureux de ce groupe, fan de son son, de sa manière de jouer. Je trouve que ce sont de grands musiciens. Lors de notre rencontre, je leur ai tout simplement proposé de travailler ensemble. De ce pas, j’ai pris un billet d’avion pour commencer la création de cet album.

 

Pour le précédent opus, vous étiez la seule tête pensante. Là vous êtes sept. Comment la création s’est-elle déroulée ?

Cela se résume beaucoup à une collocation. Les Monophonics commencent à composer 2-3 accords, je m’assoie à leurs côtés et je murmure une mélodie. Le bassiste arrive et prend place. Et tout s’ensuit. C’est aussi simple que ça.

 

Le public vous a connu en solo, c’était important pour vous de retrouver une dynamique de groupe ?

Oui (réflexion). Sur la précédente tournée, on était tout de même dix sur scène. Ce n’est pas rien. Le public a constaté que j’avais besoin de musiciens pour soutenir la musique que je fais. Aujourd’hui, c’est une force en plus d’avoir un groupe dont les membres se connaissent parfaitement depuis une dizaine d’années et qui de surcroit, a la même culture que moi, les mêmes influences. Nous sommes tombés rapidement d’accord.

 

Tout cela reste à supposer que l’album sera sur la même teneur que le précédent…

Oui. Il sera légèrement différent, notamment au niveau du son, il sera plus brut, plus authentique. Une chose est sûre, c’est que l’on reconnaîtra la patte de « Ben l’Oncle Soul ».

 

Avez-vous un mot pour le public Toulousain ?

Je suis très content de revenir à Toulouse. Et surtout, venez faire la fête avec nous !

Propos recueillis par Elsa Nardari

 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.