Arizona Tom, Ginzberg or not Ginzberg ?

La vie de Norman Ginzberg est un roman… Vous en doutiez ? Ah le nom de Norman Ginzberg ne vous dit peut être-rien… Logique ! Il s’agit en fait du pseudonyme derrière lequel se cache un certain … Jean-Christophe Giesbert. Plusieurs raisons ont poussé l’ancien directeur de la rédaction de « La Dépêche du Midi » à utiliser cette fausse identité : « J’adore mon frère (Franz-Olivier, ndlr) mais deux Giesbert dans la place c’était trop ! Je n’avais pas envie d’être Olivier Poivre d’Arvor…» Comme un artifice assumé pour mieux se détacher de l’image d’un grand frère parfois encombrante. Mais pas que ! Ginzberg, ou la signature d’un vrai-faux passeport avec deux objectifs : rendre hommage à des ancêtres (allemands exilés aux Etats-Unis, ndlr) et se refaire une virginité pour préparer une distribution future aux Etats-Unis. Aujourd’hui « Arizona Tom » signé Ginzberg est donc bien dans les librairies françaises. Un western aux allures de polar, ou quand les cow-boys rencontrent Hitchcock. Des pages prenantes qui nous font souvent passer en mode grand écran : « Dans mes écrits, tout est toujours très construit. Je fonctionne en plans-séquences comme les cinéastes. Je savais où je voulais emmener le lecteur » a d’ailleurs clamé l’écrivain lors d’une présentation publique de l’ouvrage qui s’est déroulée lundi dernier au sein de la mythique librairie toulousaine « Ombres blanches ». Car l’Ouest américain de Norman Ginzberg n’est pas celui de John Ford ou d’Henry Hathaway (« je ne supportais pas dans leurs films de voir les indiens se faire tuer »), mais plutôt celui du « True Grit » des frères Coen. Le songe de l’auteur est ici celui d’un Arizona sec, réaliste, dur… Accompagné d’une galerie de personnages haute en couleurs. Plongez-vous donc d’urgence dans cet « Arizona Tom », un roman que l’auteur aime qualifier d’ « aventures ». Une correspondance d’amour à un pays, le récit d’une relation père-fils entre un shérif et Tom, une bouille de 12 ans que l’on dit coupable du pire… Un conseil : Ne demandez pas à l’auteur l’idée de départ de son roman (la découverte d’un cadavre dans le désert, ndlr). Cela risquerait de lui rappeler un cauchemar. Quand on vous dit que sa vie est un roman…

Thomas Simonian

« Arizona Tom » (Editions Héloïse D’Ormesson)



UN COMMENTAIRE SUR Arizona Tom, Ginzberg or not Ginzberg ?

  1. Gagner plus d'Argent dit :

    Beaucoup trop court, merci beaucoup pour ce plaisir passe sur votre page.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.