Amour, de Michael Haneke: L’amour n’a pas d’âge

Un appartement. Toute une vie. Anne et Georges s’aiment. Ils ont traversé la vie ensemble, et s’apprêtent à traverser le reste, toujours ensemble. Le reste, c’est Anne. Anne qui a une attaque, puis deux, Anne dont l’état de santé se dégrade au fil des mois. Taxé injustement de froideur, Michael Haneke aborde ici un sujet difficile avec toute la pudeur qu’il nécessite, et essuie sagement les critiques devenues obsolètes. Pas de froideur, plutôt de l’amour, simple et sans fioritures. Doté d’une mise en scène frisant l’accomplissement, «Amour» rayonne dans le plus simple apparat. Malgré de rares longueurs, il avance pas à pas dans l’intimité de ce couple d’octogénaires, tout en respectant leur dignité. Cette deuxième palme d’or consacre le génie de Haneke, dans l’écriture, dans la réalisation mais surtout dans le choix des acteurs. Convaincre généreusement Jean-Louis Trintignant de s’exprimer, après seize ans d’absence derrière la caméra, l’affaire était risquée. Mais tellement délectable. Jean-Louis Trintignant est si parfait, qu’on oublierait presque qu’il incarne. Il est le rôle. Avec Emmanuelle Riva, révélée par Alain Resnais dans «Hiroshima mon amour», «Amour» est porté par la grâce. Grâce à l’amour. Car, plus qu’un titre, Amour est une définition.

 

Ariane Riou

 
[embedplusvideo height="281" width="450" standard="http://www.youtube.com/v/_JouFRNwDqc?fs=1" vars="ytid=_JouFRNwDqc&width=450&height=281&start=&stop=&rs=w&hd=0&autoplay=0&react=1&chapters=&notes=" id="ep7646" /]
 

 

 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.