Amoul solo : tribu au rock sur-vitaminé

amoulsolo

« Tout a commencé il y a douze ans.» explique Rafael Agosti,chanteur du groupe, « Avec un ami guitariste, nous faisions des concerts improvisés dans les bars… » En 2004, le groupe s’étoffe de musiciens issus de la scène toulousaine et fait la première partie de Magyd Cherfi. « Un premier concert inoubliable avec le groupe au complet : un second guitariste nous a rejoints ainsi qu’un bassiste et un batteur. » La tribu devient Amoul Solo de l’expression sénégalaise qui signifie « Y’a pas de problème » et colle en tous points à l’état d’esprit des musiciens. Groupe festif et engagé, Amoul Solo fait rapidement le tour des grandes scènes toulousaines, « le Bikini, le Bijou restent mythiques, mais d’autres endroits comme le Belem (second plus grand voilier français, ndlr) ou certaines grosses premières parties resteront gravées. » Cette année, après trois albums, Amoul Solo fête ses dix ans et distille son rock déjanté dans toute la France pour une tournée un peu particulière… « A la rentrée, on se retrouve tous pour évoquer l’avenir, car je pense qu’on a envie d’aller vers autre chose. » L’occasion de faire le point, car si Amoul Solo leur a permis « de grandir, d’évoluer et de désacraliser le monde du showbiz, un quatrième album n’est pas à l’ordre du jour… » L’heure est au point d’interrogation : Faire une pause ? Intégrer des cuivres ? Changer de style ? Affaire à suivre sur la scène toulousaine…



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.