1789 fait sa révolution à Toulouse

A l’occasion de sa participation au concert «Tout le monde chante contre le cancer», à Villefranche-sur-Rouergue dans l’Aveyron, la troupe de «1789, les Amants de la Bastille», nouvelle comédie musicale produite par Dove Attia et Albert Cohen, a profité de quelques heures du soleil toulousain lors d’un déjeuner place du Capitole. Rencontre simple et décontractée avec  l’un des acteurs phares de cette aventure, Matthieu Carnot, qui incarne Lazare, un jeune paysan révolutionnaire. 

Matthieu Carnot Place du Capitol


D’où vient l’idée du thème de votre comédie musicale ?

L’idée est de Dove Attia. Comme très souvent, il a eu un flash en dormant (rires) ! A la fin du spectacle «Mozart l’Opéra Rock» (ndlr : la précédente comédie musicale produite par Dove Attia), la dernière chanson intitulée «C’est bientôt la fin» décrit la fin du monde, comme s’il s’agissait d’une transition entre les deux spectacles. Là, c’est un peu l’annonce d’une révolution.

Comment avez-vous intégré la troupe ?

Mon parcours est un peu particulier. J’ai un groupe de rock à Grenoble qui s’appelle «Caravage». Le batteur  du groupe a décidé d’envoyer un de nos clips au directeur de casting. Sans lui, je n’aurais jamais participé au spectacle ! Ils m’ont ensuite demandé de faire des essais à Paris. J’ai passé les castings en chantant du Noir Désir, du Jean-Louis Aubert, du David Bowie… Un répertoire rock ! Ils cherchaient un ténor rock pour interpréter le rôle de Lazare. Et j’ai eu la chance d’être choisi.

Que vous a personnellement apporté l’aventure 1789 ?

Participer à une comédie musicale est une expérience incroyable ! Professionnellement et humainement. C’est une aventure d’autant plus particulière qu’elle s’étend sur deux ans. Au-delà de la musique, de la comédie et des costumes, les rencontres avec les maquilleurs, les coiffeurs, le metteur en scène sont formidables.  Et puis, autour de la comédie musicale, tous les gens qui nous suivent, de ville en ville, dégagent une énergie folle.

Toute la troupe tient un blog «intime», 1789 Inside, dans lequel vous postez des vidéos amusantes, dans les coulisses du spectacle. Le blog reflète-t-il une vraie complicité au sein de la troupe ?

Oui, rien n’est faux ! Très souvent, après les ateliers avec le metteur en scène, il nous arrive de sortir ensemble, d’aller au cinéma ou au restaurant. Il y a quelques semaines, aux arènes de Nîmes, lors de l’ouverture d’un concert de Jean-Louis Aubert, toute la troupe s’est mise à rire, danser et chanter. Et on a posté la vidéo sur notre blog. Histoire de faire un blog original !

Après votre concert dans l’Aveyron, vous reviendrez le 25 mai prochain au Zénith de Toulouse, cette fois-ci pour interpréter votre spectacle. Connaissiez-vous la région ?

Je suis de Brest et j’ai fait mes études à Paris et à Grenoble. Je ne connais donc pas très bien la région. Mais il y a 10 ans, lors d’un voyage en stop jusqu’en Espagne, j’avais fait une halte dans la Ville rose. Et j’avais siroté un verre à cette même terrasse, place du Capitole ! Je trouve que Toulouse a beaucoup de charme.

Propos recueillis par Ariane Riou

 

 

Troupe 1789 sur Scene

 

Une histoire d’amour sur fond de révolution

1789, c’est d’abord une histoire d’amour. Une histoire entre deux héros, Lazare et Olympe que tout oppose. Elle, dame de compagnie de Marie-Antoinette. Lui, jeune paysan provincial qui décide de se rendre à Paris pour participer à la Révolution.

1789, c’est aussi une histoire de révolution et de liberté. Le spectacle est ancré dans une réalité historique, véritable tournant dans l’Histoire de France. Les deux héros côtoieront ainsi Marie-Antoinette, Camille Desmoulins, Maximilien Robespierre et d’autres acteurs de la Révolution et participeront à des événements historiquement avérés comme le Serment du Jeu de Paume.

A.R.

 

Les fans au pied levé

Grâce à un concours organisé par NRJ Toulouse, une poignée de privilégiés a eu la chance de rencontrer la troupe de «1789, les Amants de la Bastille», dans les locaux de la radio. Mélanie, 20 ans, et Lauriane, 21 ans, deux fans inconditionnelles de la comédie musicale, se réjouissent de côtoyer leurs idoles. «J’adore tout dans ce spectacle», s’enthousiasme Mélanie. «La musique, les costumes, les chansons, tout !» Les deux amies ont déjà assisté ensemble à d’autres événements du même type comme «Mozart, l’Opéra Rock» ou encore «Le Roi Soleil». En vraies groupies, elles ont acheté leurs places pour le Zénith de Toulouse le 25 mai, dès la mise en vente des billets !

A.R.

 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.