Votre maison en bois

Effet de mode, retour aux sources, envie d’authentique, le concept de maison en bois est en plein essor avec une vraie économie qui se développe dans notre région. Une maison saine, respectueuse de l’environnement, économique et écologique, agréable à vivre, spacieuse et lumineuse, voilà un beau programme. Entre Datcha et cabane en rondins, vous voici d’un coup devenu presque trappeur…

 
Le bois, matériau universel

Quelle que soit la latitude, sous n’importe quel climat, les arbres ont contribué à l’évolution de la vie, en répondant à tous les besoins vitaux : oxygène, eau, nourriture et protection vis-à-vis de l’extérieur. L’utilisation du bois dans la construction permet l’entretien et la culture de la forêt indispensable à son équilibre et à sa pérennité. La forêt française, en doublant de superficie depuis 1830 n’a jamais été aussi prospère. Les hommes ont su utiliser toutes les propriétés de l’arbre. Avec l’arbre, l’homme a trouvé des ressources pour se loger, fabriquer ses outils et se chauffer. Le bois, premier élément du progrès, l’a accompagné dans son évolution, avant la terre cuite ou la pierre. Pendant des siècles, les maisons bois lui ont apporté les éléments du confort : chaleur, espace et bien-être. Peu à peu, l’homme s’est pourtant éloigné de ses racines. Le lien qui l’unissait au sol, au passé, à ses origines s’est étiolé avec le développement industriel. Mais chaque progrès nourrit son paradoxe : après avoir voulu la maîtriser, s’en éloigner, s’en différencier, les êtres humains reviennent progressivement vers la nature. Lorsqu’ils souhaitent se reposer, se détendre ou s’évader, ils rêvent à plus de vert ou de bleu, à moins de gris. Habiter une maison bois, c’est concrétiser ce rêve.

Les techniques de construction

Une maison bois est une construction dont la structure porteuse est en bois ; autrement dit, le toit est porté par des éléments horizontaux ou verticaux en bois. Plusieurs techniques sont utilisées selon le type d’habitat souhaité. Le bois massif empilé : la plus ancienne technique de construction en bois à base de rondins ou madriers. Comme son nom l’indique, cette technique consiste en l’utilisation de longs éléments de bois placés horizontalement et positionnés les uns au dessus des autres. Longtemps cette technique a été utilisée pour la réalisation de chalets. Cependant depuis quelques années, à l’instar de réalisations américaines, la construction en bois massif empilé autorise une architecture plus moderne permettant de réaliser des maisons contemporaines en jouant sur les volumes, les surfaces vitrées ou les couleurs. Contrairement au “bois massif empilé”, les autres techniques de construction bois utilisent des éléments de bois verticaux. Le colombage : à partir du moyen âge, la technique du colombage a été largement utilisée en France. Il s’agit d’utiliser des éléments de bois verticaux et des traverses horizontales de fortes sections entre lesquels un remplissage est effectué en torchis, briques ou terre. Le colombage est toujours présent en construction neuve dans certaines régions telles que la Normandie, l’Alsace ou la Sologne. L’ossature bois : c’est une évolution de la technique du colombage. La structure de la maison est constituée d’un ensemble de montants et de traverses en bois mais de plus faibles sections, peu espacés qui forment un cadre sur lequel on vient fixer des panneaux à base de bois qui assurent à l’ensemble une exceptionnelle rigidité. On dispose entre les montants et les traverses un isolant qui permet à cette technique d’offrir d’excellentes performances thermiques et acoustiques. Le mur ainsi constitué reçoit ensuite un revêtement intérieur (plaque de plâtre, lambris…) et un revêtement extérieur (bardage bois, panneaux, pierre, brique, enduit…) Le poteau-poutre : le “poteau-poutre” utilise des bois de fortes sections espacés entre eux d’un à plusieurs mètres. Ces éléments constituent la structure de la maison, ce qui permet de dégager de grands espaces pour installer de larges baies vitrées. Beaucoup de maisons contemporaines marient l’ossature bois, pour ses avantages thermiques et acoustiques, et le “poteau-poutre” pour disposer de grands volumes et de larges ouvertures.

Eco construction

Quand on fait le choix de vivre dans le cadre chaleureux d’une maison bois, cela va souvent de pair avec un fort souci environnemental et s’accompagne d’une recherche naturelle de matériaux nobles. Si le bois est naturellement très isolant, son association avec des isolants naturels, tels que la ouate de cellulose, les laines de bois, les fibres de bois, de liège, de chanvre ou de lin, semble couler de source. Bien sûr, la maison bois intègrera aussi les systèmes de chauffage écologiques : chauffe-eau solaire, panneau photovoltaïque pour l’électricité, géothermie et pompe à chaleur, puits canadien, en plus des traditionnels chauffages au bois : cheminée, insert et poêle, avec des combustibles en bûche, plaquette ou granulé.

Avis d’écologiste

Si le bois semble attractif, il faut bien en peser le pour et le contre en s’assurant d’abord de la possibilité d’obtenir un permis de construire car certains POS ou PLU (Plans d’urbanisme), sont encore rétrogrades à cet égard. Si les protections, lasures, peintures et traitements ont fait d’énorme progrès, il faudra néanmoins intégrer que l’entretien du bois est une obligation. Le choix des essences des plus tendres aux plus robustes est particulièrement important et nécessite le conseil des professionnels en fonction du projet final. Côté planète, l’arbre toute sa vie, fixe du CO² qu’il rejette en partie en brûlant ou en se décomposant. Son utilisation dans la construction permet d’éviter ce déstockage. Faire appel à des professionnels utilisant des produits labellisés PEFC (Programme for the Endorsement of Forest Certification) est le gage d’une démarche vertueuse vis-à-vis de la gestion du patrimoine forestier.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.