Toulouse; L’élan vert

Impulsée par la mairie de Toulouse, la semaine nationale du Développement durable a débuté ce mercredi. En plaçant les habitants au centre du projet, Pierre Cohen, maire de la ville, montre que les problématiques environnementales dépendent avant tout de la responsabilité des citoyens.

 
Bien que l’équipe de Pierre Cohen ait pris les devants, notamment via la Charte d’Eurocités en octobre 2008, le maire considère ses citoyens comme les principaux acteurs de la lutte contre le changement climatique. C’est pourquoi la Semaine Nationale du Développement Durable sera l’occasion de sensibiliser la population de la Ville rose afin de «promouvoir des comportements plus responsables». Cette semai-ne s’articulera donc autour de plusieurs temps forts : après “la journée de l’eau” à Empalot, ce mercredi, et la mise en place du “Village Toulouse Planète” ce samedi 4 avril. Par ailleurs, il sera prévu ce jour l’extinction des lumières en centre-ville pendant une heure. Enfin, le 7 avril, aura lieu l’inauguration du parc Monlong au Mirail, le plus grand espace de biodiversité de la ville.
Dans l’optique de «toucher le plus grand nombre de personnes et être en lien avec les questionnements des plus jeunes citoyens», Pierre Cohen a mis l’accent sur la volonté de construire cette ambition autour d’un réel projet éducatif. Ainsi, 6 500 enfants ont été mobilisés par l’intermédiaire des CLAE et des centres de loisirs, dans le but de participer aux initiatives écologiques. Régine Lange, adjointe au maire en charge du développement durable, a qualifié cette action de «pédagogique, en allant dans le sens de nouvelles pratiques et de nouveaux comportements dès le plus jeune âge».

 

Une exemplarité municipale

«Nous avons une responsabilité de sensibilisation», précise Pierre Cohen. L’organisation de la Semaine Nationale du Développement Durable ne peut toutefois être crédible sans un travail préparatoire impulsé par la mairie. De fait, une grande part de responsabilités incombe aux élus de Toulouse qui ont déjà travaillé sur la question, notamment en matière de maîtrise d’énergie. Plus que jamais ancrée dans une démarche de sensibilisation, l’équipe de Pierre Cohen entend également montrer les compétences et les engagements de la ville de manière collective en fédérant les intérêts de toutes les associations concernées par le développement durable. Par ailleurs, le maire de Toulouse s’est dit «surpris par l’engouement des citoyens» puisque 36 associations ont répondu présent et 15 manifestations, portant sur la question, sont déjà organisées. Enfin, avant la mise en œuvre de cette Semaine du Développement Durable, un comité de suivi qualitatif des actions avait jugé les initiatives prises par la mairie. Celui-ci avait critiqué le manque d’engagement précis ainsi que le défaut d’implication des élus vis-à-vis des problèmes d’ordre environnemental. Par conséquent, Pierre Cohen désire fédérer les élus autour du problème et s’appuyer sur le savoir-faire des services municipaux. Outre le fait de sensibiliser la population toulousaine, le maire de Toulouse semble vouloir mettre en relief ses engagements et véritablement servir d’exemple face à une problématique écologique qui s’avère cruciale.    

Matthieu Amaré


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.