Sarko de mauvais poil… Carla ne dit pas merci aux «Blues brothers»

Juppé en avait rêvé, Sarko l’a fait ! Tels deux petits garçons, le tandem Copé/Fillon, nos nouveaux «Blues brothers», s’en sont remis à un arbitre que tout le monde attendait : Nicolas Sarkozy. Il aura fallu que François Fillon durcisse le ton en brandissant la menace d’un second groupe à l’assemblée nationale… Pour que Sarko siffle la fin de la récré. Il va bien falloir que l’UMP accepte de se regarder dans le miroir afin de constater qu’elle est toujours en manque d’un leader naturel depuis la prise de recul de l’ancien président, mais plus grave, qu’elle paye sans doute le manque d’analyse de sa défaite à la dernière présidentielle. Quand on décide d’aller dans le mur, ça fait forcément mal à la tête… C’est exactement ce qui s’est déroulé depuis plus d’une semaine, sous le regard de médias avides de feuilletons rocambolesques. La sortie de crise semble donc enfin en route pour l’UMP, mais les cicatrices vont être longues, très longues à se refermer. Après une stérile guerre des chefs, ce sont donc les militants qui vont de nouveau avoir la parole. Un nouveau vote (sans doute à l’issue d’un référendum dont ce parti aurait à mon sens pu faire l’économie, mais bon… je dis ça, je dis rien) semble poindre à l’horizon. De l’autre côté, Hollande pourtant très occupé à maîtriser l’ex Monsieur Pulvar, se régale… Avec l’organisation d’un possible référendum, puis d’un nouveau vote, le gouvernement Ayrault aura, au moins politiquement parlant, un peu de tranquillité pendant encore de longues semaines. Une chose est certaine : Copé et Fillon, n’ont pas été cool car c’est Carla qui a dû «trinquer» à la maison (sic) !



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.