Quand Marine tend un piège… Certains lapins tombent dedans

La fille n’est pas le père… Vous en doutiez encore ? Jean-Marie adorait les petites phrases au goût douteux, mais qui motivaient les troupes. Une stratégie payante en interne et médiatiquement parlant mais qui ne faisait pas du FN une force capable de conquêtes fortes. Marine avait bien analysé les failles d’un système peu adapté à ses propres ambitions… Ainsi le FN version « Rassemblement Bleu Marine » a bien compris que les militants UMP étaient majoritairement pour un rapprochement entre les deux partis. Comme si des digues idéologiques avaient sauté… Le piège est posé. La fille Le Pen s’est placée au centre du jeu politique et s’apprête à devenir la « faiseuse de rois » électorale pour toutes les échéances électorales à venir. Les leaders de l’UMP soucieux de protéger leurs intérêts tombent un à un dans le panneau ! Jean-François Copé, le maître à penser de la « droite décomplexée », chasse depuis longtemps sur les terres du FN… Plus surprenant, le « gaulliste social » François Fillon vient à son tour d’ouvrir la porte à des possibilités d’accords… Quant à la « droite forte » de Geoffroy Didier et de Guillaume Peltier, elle a toujours entretenu le lien, en en faisant même la clé de son succès auprès de la base militante. Marine Le Pen a donc remporté la première manche de son pari. Elle a fait bouger les lignes… Maintenant il reste à l’UMP à ne pas trop en faire, pour ne pas voir le piège se refermer sur elle. Trop parler du FN, c’est le faire monter ! Le risque est majeur, la poussée pourrait être réelle aux municipales, avant de devenir mortelle aux européennes… Le FN pourrait alors y devenir le premier parti de droite. Qui s’y frotte s’y pique !

Thomas Simonian



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.