Le mariage gay fracture le pays

Je ne sais pas encore si en temps de crise il vaut mieux éviter certains sujets sociétaux, ou s’il faut justement se dire que si on ne les traite pas maintenant… On ne les traitera alors jamais. Je n’ai pas d’idées arrêtées sur le sujet. Ni sur la question du mariage gay d’ailleurs. J’écoute et prends en compte les arguments des deux côtés, et j’avoue humblement avoir du mal à vous donner aujourd’hui une opinion ferme et définitive. Ce que je constate par ailleurs, c’est que le doute qui m’habite, existe également fortement à tous les étages de notre pays. Mieux, il ne se dissipe pas dans les rangs politiques… Bien au contraire, il a contaminé tous les partis de gauche à droite, en passant par le centre. Je serais François Hollande, je m’interrogerais même sur mes propres rangs. Tous les socialistes seront-ils unis comme un seul homme le jour de la présentation du projet de loi à l’assemblée ? Pas sûr. Sur le plan local, la sociologie politique est telle que le pourcentage d’élus favorables à ce mariage pour tous semble conséquent… Et il en est sans doute de même chez les Toulousains.

Le politique va devoir trancher… Sans diviser. Equation compliquée !

C’est d’ailleurs sur la base de ce constat que l’UMP locale a bien du mal à dissimuler un embarras presque naturel. En ces terres ancestralement radicales, électoralement à gauche depuis des années, l’UMP 31 prendrait un risque majeur pour la suite en marquant trop sa position… Jean-Luc Moudenc l’a bien saisi en relativisant son intérêt pour la manifestation anti mariage gay du 17 novembre prochain : «Je voterai contre cette loi, mais je n’irai pas manifester.» L’adjoint de Pierre Cohen, l’habituel sniper du Capitole, François Briançon, a bien senti l’embarras de l’UMP toulousaine et en profite via un message Facebook : «C’est donc au sein de cet étrange attelage réactionnaire que Jean-Luc Moudenc souhaite faire entendre sa voix et celle de son parti.» Tension maximale… Qui devrait encore monter d’un cran samedi puisque le PS a appelé à une contre manif. Ce mariage oppose donc tout le monde, dans un moment où la France a un besoin d’unité. Que faire ? Vous avez la réponse ? Comment ne pas heurter la société sans freiner pour autant les avancées sociétales ? Le dilemme est posé. Le politique est au pied du mur.



UN COMMENTAIRE SUR Le mariage gay fracture le pays

  1. bolzan dit :

    Au moment où le pays a besoin d’unité pour faire face à la crise,est-il urgent de traiter,en priorité ,le mariage gay,l’adoption…Je pense qu’il serait plus sage,non pas d’éludé le sujet,mais de le faire plus sereinement et non pas selon le tempo imposé par les médias et par les lobbyistes du sujet.Prenons le temps de la réflexion, des échanges .Je propose ensuite,après un éclairage partagé,qu’il y ait un référendum.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.