Tempête solaire imminente ?

Nous assistons depuis quelques années à des dérèglements climatiques de plus en plus nombreux et violents. Typhons, inondations soudaines, tsunamis, vagues géantes à Cannes, fonte des glaces éternelles, canicules en été mais aussi neiges tardives sont un écho permanent aux alertes lancées depuis des années par les scientifiques, du moins les sérieux. Et si dame nature était lasse de nos comportements irresponsables…Parmi tous les éléments nécessaires à notre survie, le soleil vénéré depuis la nuit des temps joue un rôle primordial mais on lui prête quelques velléités à se fâcher à son tour. Les spécialistes dont la Nasa prévoiraient une tempête solaire d’ici 2012. Qu’en sera-t-il ?…

 
Un peu d’histoire

L’énergie solaire rend possible la vie sur Terre par apport de chaleur et de lumière, permettant la présence d’eau à l’état liquide et la photosynthèse des végétaux. Le rayonnement du Soleil est aussi responsable des climats et de la plupart des phénomènes météorologiques observés sur notre planète. Le Soleil est une étoile âgée de 4,57 milliards d’années et on admet généralement qu’il s’est formé sous l’effet des ondes de choc produites par une ou plusieurs supernovas. Dans son état actuel, le cœur du Soleil transforme à chaque seconde plus de 4 millions de tonnes de matière en énergie qui est transmise aux couches supérieures de l’astre et au-delà dans l’espace sous forme de rayonnement électromagnétique (lumière, rayonnement solaire) et de flux de particules (vent solaire).

 

Eruption solaire

Une éruption solaire est un événement primordial de l’activité du Soleil. Elle se produit à la surface de la photosphère, couche de gaz constituant la surface visible du soleil et projette au travers des couches basses un jet de matière ionisée qui se perd à des centaines de milliers de km d’altitude. En plus des particules et des rayons cosmiques, l’éruption s’accompagne d’un intense rayonnement (UV, rayons X, etc.) qui perturbe les transmissions radioélectriques terrestres (orage magnétique) et provoque l’apparition des aurores polaires en entrant en interaction avec le champ magnétique terrestre. C’est en septembre 1859 qu’eut lieu l’une des plus importante tempête solaire observée par l’astronome anglais Richard Carrington. On estime que 5 % de l’ozone atmosphérique a été détruit lors de la tempête, ozone qui mit plusieurs années à se reformer dans la haute atmosphère. La température très intense de l’éruption (50 millions de degrés à sa naissance) a permis d’accélérer de façon vertigineuse des protons qui après quelques interactions atomiques ont donné lieu à la formation de nitrates. Les aurores ont par la suite généré des courants électriques dans le sol, qui ont affecté les circuits électriques existant, notamment les réseaux de télégraphie. De nombreux cas de télégraphistes victimes de violentes décharges électriques sont rapportés, ainsi que d’incendies de stations de télégraphie suite aux courants très intenses se propageant dans le sol.

Astre ou désastre ?

Ces tempêtes cycliques, se produisent en moyenne tous les 11 ans. Selon le NOAA (National Oceanic and Atmospheric Administration, organisme qui aux Etats-Unis surveille la météo solaire), une tempête importante aurait des effets importants. Si en plus des rayons classiques, infrarouges, UV, X la terre recevait des rayons gamma alors nous serions dans un scénario cauchemar puisque c’est ce rayonnement qui est utilisé dans une explosion nucléaire pour créer un effet EMP ! (Electro-Magnetic Pulse). Concernant le vivant, risque d’irradiation inévitable pour les astronautes en sortie extra-véhiculaire et les passagers et équipages d’avions volant à haute altitude qui seront exposés à un risque fort. Au niveau satellites, il est à prévoir un risque majeur de destruction avec perte des données et des capacités de localisation par suivi des étoiles. Les systèmes électriques seront fortement affectés avec un risque fort de coupure d’électricité sur un ou plusieurs continents avec destruction d’une grande partie du réseau de distribution notamment dans leur partie électronique. Toutes les communications seraient paralysées sauf quelques réseaux spécifiques (en théorie protégés). Une étude menée par les USA en 2008 montre que ce type de phénomène déclenché entre 50 et 130 km d’altitude au dessus d’une zone Baltimore-Washington-Richmond, produisant une impulsion couvrant un rayon d’au moins 800 km, causerait des dégâts cumulés pouvant atteindre plus de 770 milliards de dollars. Dans les conditions les plus favorables, avec des infrastructures protégées au mieux contre les attaques EMP, les dégâts entraîneraient des pertes de 9 à 34 milliards de dollars….

 

Avis d’écologiste

Le risque existe sûrement puisque Russes et Américains viennent de lancer des sondes d’observation du soleil montrant par là, une certaine inquiétude. Si l’électricité était coupée pendant plusieurs semaines ou plus, alors la distribution d’eau s’arrêterait dans les villes, les centres névralgiques seraient paralysés, plus de référence temps et espace, de quoi frémir…Finalement nous ne sommes devant la nature que des colosses aux pieds d’argile…



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.