Téléphonie Mobile : Danger !

L’utilisation du portable est en train de se banaliser dans notre société alors qu’il peut présenter des risques importants pour notre santé. En juin 2008, dix-neuf scientifiques, réunis par David Servan-Schreiber, éminent spécialiste de la lutte contre le cancer, ont lancé un appel afin de sensibiliser l’opinion publique sur les risques que pourrait faire courir l’utilisation du téléphone portable sur le cerveau. Notamment sur les sujets les plus jeunes.
Quels sont les dangers ?

Les scientifiques s’accordent sur les éléments suivants : si en matière de santé publique, il est toujours difficile d’établir une preuve formelle de la nocivité du portable, une certitude est bien là, il existe un risque d’apparition de cancers en cas d’exposition à long terme. Une étude suédoise montre que le risque d’avoir une tumeur cancéreuse du côté où l’on téléphone est multiplié par deux au bout de dix ans. Le rapport américain Bio Initiative ajoute qu’il y a également un risque significatif d’augmentation des leucémies infantiles et des troubles neurologiques (dont l’Alzheimer). En fait les ondes utilisées ont une fréquence de 2,5 GHz soit la même que celle de nos micro-ondes équipant nos cuisines qui chauffent les aliments en agitant molécules d’eau et lipides. Rappelons que le corps humain est majoritairement composé d’eau et que les lipides constituent l’enveloppe de chacune de nos cellules, ainsi que l’essentiel de notre système nerveux. Il en résulte une agitation moléculaire (synonyme de dégagement de chaleur) suffisante pour engendrer des effets à long terme qui affecteront prioritairement le cerveau des adultes et encore davantage celui des enfants. Ce type d’onde est non seulement utilisé par les mobiles mais aussi, le WI-FI, les oreillettes sans fil Bluetooth ainsi que les réseaux WIMAX déployés pour réduire les zones d’ombre des espaces ruraux reculés.

 

La voiture multiplie les risques

Selon une enquête du Centre de recherche et d’informations indépendantes sur les rayonnements électromagnétiques (Criirem), un coup de fil en voiture, même quand le véhicule est à l’arrêt, peut être dangereux. Les ondes émises par les portables sont plus puissantes dans l’habitacle, et donc plus nocives pour l’oreille. Le Criirem a utilisé une sonde isotropique, qui a permis de calculer la puissance des ondes au niveau de l’oreille. Celle-ci serait quasi multipliée par deux (passant de 5,6 à 10 volts par mètre) à l’intérieur de l’habitacle. C’est l’effet de la “cage de Faraday” qui consiste à être isolé de tout champ électrique entrant ou sortant par toute structure métallique. Selon le Criirem, une voiture serait plus ou moins étanche aux champs d’énergie. Ainsi, les ondes doivent être plus puissantes, et donc plus nocives pour l’oreille, pour pouvoir traverser l’habitacle. Le kit oreillette permet bien sûr de diminuer ces effets. Mais pour la Direction générale de la Santé, cela ne change rien : il faut limiter l’usage des portables, en particulier en voiture.

Le choix du téléphone

Tout téléphone portable possède un indice dit DAS ou indice de Débit d’Absorption Spécifique également connu sous sa dénomination anglaise (SAR, pour Specific Absorption Rate). Il mesure le niveau de radiofréquences émis par le portable vers l’usager lorsqu’il fonctionne à pleine puissance, dans les pires conditions d’utilisation. Depuis la parution du décret du 8 octobre 2003, les mobiles destinés à être utilisés en France doivent présenter un indice DAS inférieur à 2 W/Kg au niveau du tronc et de la tête. Cette norme, largement inspirée par les lobbies de la téléphonie, semble largement laxiste et le seuil de risque selon les experts indépendants devrait être ramené à 1, voire 0,5 W/Kg. Si vous avez acheté votre mobile en France, vous devez disposer de son indice DAS. Les opérateurs communiquent sur l’indice DAS des mobiles, mais plus ou moins bien. Pour Bouygues Telecom, il est noté en nombre d’étoiles mais pas sur tous les mobiles. Orange et SFR ont décidé d’afficher cet indice sur les étiquettes des mobiles présentés dans leurs points de vente. Vérifiez cette information avant d’acheter un mobile.

 

Avis d’écologiste

Voilà plusieurs articles que nous consacrons à ce risque des temps modernes qui à notre avis est une fois encore trop pris à la légère par les pouvoirs publics. Globalement, il convient de faire attention à notre environnement électromagnétique qui (les Chinois le savent depuis des siècles) est un perturbateur fort de notre corps. Pour votre portable il convient d’utiliser le Kit Piéton souvent livré avec, et d’éviter tous les lieux qui font “cage de Faraday” ou qui obligent le mobile à fonctionner à pleine puissance tels que voitures, ascenseurs, trains, zones à faible réception. Evitez que vos jeunes enfants n’utilisent de mobile avant au minimum 12 ans car leur boite crânienne et donc leur cerveau sont encore plus vulnérables. Evitez à la maison de vous entourer d’alarmes sans fil, ADSF Wi-Fi, systèmes Bluetooth, préférez les bons vieux fils… Enfin, nous sommes en droit de nous demander ce que font les associations de consommateurs qui passent leur temps à se battre sur le coût du SMS alors qu’ils devraient exiger des opérateurs de ne commercialiser que des appareils à faibles DAS surtout pour les jeunes. Une suggestion messieurs : et si pour Noël, vous mettiez en promotion des portables avec des DAS inférieurs à 0,5 W/Kg… Chiche !



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.