Stade Toulousain : A nos actes manqués !

Si la question du doublé Champion d’Europe/Champion de France se posait encore il y a quelques semaines, ce n’est plus le cas aujourd’hui puisque le Stade Toulousain s’est incliné dimanche chez les Anglais de Leicester 9-5. La déception est grande tant il était clair que les Rouge et Noir avaient la place de passer. Ils ont dominé leur adversaire du jour, se sont créés des occasions et ont essayé d’imposer leur jeu, mais c’était sans compter sur le manque de réussite au pied de McAlister et Beauxis et la météo exécrable. Mais cette dernière étant la même pour les deux équipes, elle n’explique pas tout. Par contre, le manque de précision des artilleurs toulousains est une des causes de la défaite outre-Manche mais pas que… car une équipe digne de ce nom, ne peut pas compter que sur ses buteurs. S’ils peuvent souvent sauver la mise, et même gagner des matchs à leur seul pied, ils ne sont pas responsables, à eux seuls, d’une défaite. Si l’essai de Picamoles avait été validé, si les avants n’avaient pas été autant pénalisés, si le secteur de la touche n’avait été si infructueux, si les trois-quarts avaient pu développer leur jeu… mais avec des SI, on pourrait mettre Toulouse en bouteille. Le ver était déjà dans le fruit car, objectivement, si le Stade n’avait pas cédé si facilement face aux Ospreys (6-17), le match de dimanche n’aurait pas été éliminatoire. Les joueurs en étaient conscients et, aux vues des quelques accrochages qui ont eu lieu avec les Anglais, ils n’étaient pas sereins, sentant que le match leur échappaient, et avec lui, la qualification pour les quarts. Il est vrai que Toulouse n’a pas souvent l’habitude de devoir gérer la pression du match éliminatoire… Pour Guy Novès, il ne s’agit là que d’un manque de réussite car si les buteurs avaient été en veine… effectivement les hommes du trio Novès/Elissalde/Bru n’ont pas démérité, mais se retrouvent pourtant en Amlin Cup. Ils y rencontreront Perpignan en quart. Certes, ces phases finales-là n’ont pas la même saveur, mais il leur tiendra à cœur d’effacer leur défaite catalane de septembre dernier en Top14 et de prendre l’ascendant psychologique pour la prochaine rencontre face l’USAP en février prochain.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.