Quand la Coupe du Monde de football fait polémique

Si l’annonce de l’organisation de la Coupe du Monde 2014 par le Brésil avait été bien accueillie par les Brésiliens dans un premier temps, certains s’aperçoivent aujourd’hui que les inconvénients sont peut-être plus importants que les avantages. Pour mener à bien un tel événement, de nombreuses structures sportives devront être construites. Estimés à 13.6 milliards de dollars, les investissements prévus restent un gaspillage des fonds publics pour ceux qui défilent dans les rues brésiliennes et dénoncent une injustice flagrante. Comment expliquer à des milliers d’habitants qu’ils devront payer plus cher les transports en commun, voire augmenter leurs impôts alors qu’ils ne parviennent plus à boucler leur fin de mois ? Car ceux qui défilent dans les rues sont ceux qui ne pourront pas s’offrir de billets pour assister à ce qui devait être une fête nationale. Tout un pays se retrouve tiraillé entre son amour du « futebol » et leur dégoût des méthodes douteuses d’un gouvernement que les manifestants accusent de corruption. Même les anciens membres de la « seleçao » comme Romario ou le roi Pelé se sont joints au mouvement. Romario a même publié une vidéo dans laquelle il précise que « après la Coupe des Confédérations (également organisée par le Brésil), il va falloir faire des choses dans l’optique du Mondial. Et celui qui décidera de cela c’est le vrai président du Brésil, qui aujourd’hui s’appelle la Fifa. » La bombe est lâchée ! En dehors du fait que les sommes engagées restent colossales, les foules qui se bousculent, dénoncent la corruption et les avantages que le gouvernement a consentis envers les instances du football, notamment l’exemption d’impôts pour la Fifa en avril 2010. Et Romario de rajouter : « la Fifa monte un cirque, ne dépense pas un centime et emporte tout. » Ce qui devait rester une liesse populaire est entrain de virer à la révolution des classes moyennes brésiliennes… Le sport, par lui-même, est donc fédérateur mais dès que l’argent intervient dans l’équation, le résultat est rarement vertueux… Et vive le sport !



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.