La révolte aurait-elle sonnée ?

Si le Stade Toulousain et le TFC se sont imposés ce week-end (enfin !), ce n’est pas sans difficulté, les premiers jouant à se faire peur quand les seconds se contentent de peu. Mais par les temps qui courent, peut-être est-ce suffisant. Car le TFC n’avait plus gagné depuis le 19 janvier dernier, soit deux mois sans « engranger » aucun point. Le compteur est désormais débloqué, suite à la victoire 0-1 à Brest, et grâce à une frappe du jeune Rabiot. Les Violets auraient sûrement pu prétendre à une différence de score plus importante et en profiter pour retrouver une confiance qui leur fait défaut mais il faut se contenter des 3 points acquis et ne pas trop en demander d’un coup. Pour se rassurer, il faut noter que les Toulousains n’ont pas encaissé de buts depuis trois rencontres, ce qui fait état d’une défense bien en place. Adrien Rabiot sonne donc la révolte des Téfécistes et marque le quasi maintien en L1. Certains diront que « c’est la moindre des choses » mais il faudra attendre les prochaines rencontres pour confirmer le réveil, tardif, des hommes de Casanova.

Pour ceux de Guy Novès, le tableau n’est pas aussi réjouissant car même si le Stade est parvenu à s’imposer, ce n’est que d’un tout petit point (33-32), à domicile qui plus est, face à des Bordelais survoltés. De grosses erreurs défensives ont fait trembler les spectateurs du début à la fin de la rencontre, car le chassé-croisé au tableau d’affichage aurait pu ne pas se terminer en faveur des Toulousains. Seules les bottes de Beauxis et McAlister ont permis de coller au score… et même de passer devant. Certes, les absences des internationaux et les nombreux blessés n’ont pas aidé à retrouver une pleine sérénité, mais l’équipe toulousaine alignée n’avait rien à envier à son adversaire et aurait pu proposer un tout autre visage si la défense n’avait été aussi fébrile. Les plaquages ratés, les erreurs individuelles ont permis aux Bordelais d’inscrire quatre essais et la volonté d’écarter systématiquement n’a visiblement pas été le bon choix face à une défense adverse agressive. Reléguer à une troisième place, à 10 points du deuxième et seulement à 6 points du cinquième, synonyme de barrage à l’extérieur, les Rouge et Noir ont encore du pain sur la planche en vue de la réception du Stade Français et du déplacement au Racing.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.