Handball : Le Fenix renaîtra-t-il de ses cendres ?

Le moins que l’on puisse dire, c’est que le Fénix revient de loin. En parvenant à arracher un match nul (34-34) le week-end dernier face à Aix-en-Provence après être menés de 5 buts à la 53e minute, les joueurs de Da Silva ont su trouver les ressources nécessaires pour limiter la casse en cette première journée de championnat. Il leur aura fallu une rage sportive exceptionnelle pour sortir de cette partie sans s’incliner, et cette rage, ils avaient de quoi la trouver facilement. En effet, le club de handball toulousain se trouve actuellement dans une période difficile suite à la démission surprise de leur ancien président, Patrick Salles qui emmène avec lui quelque 300 000 euros. Autant de fonds amputés au budget des Fénix qui passaient en commission de la CNACG pour une possible rétrogradation sur tapis vert. La décision de cette dernière laisse la possibilité au club toulousain d’évoluer en D1 mais n’a pas validé ses nouvelles recrues, laissant le poste de n°3 vaquant. Et cette décision n’a pu être validée que parce que la majorité des joueurs a accepté de baisser son salaire de 20%.

Si la démarche des handballeurs reste louable, reste que certains pensent à quitter le club car évidemment leur contrat est devenu caduque. Ils savent que la saison sera difficile sportivement parlant mais s’ils doivent en plus renoncer à leur rémunération initiale… Certains feront sûrement l’effort de rester la saison entière, histoire de voir si la situation se débloque, si un généreux mécène venu de nulle part pourra sauver l’avenir des Fenix. Mais pour d’autres, la question ne se posera pas. Ce qui est dommage, au vu des bonnes perspectives de l’année dernière. L’équipe de handball aurait pu être la troisième formation phare de Toulouse après le Stade Toulousain et le TFC. C’était l’occasion de prouver que la ville rose pouvait investir et briller dans un autre sport que le foot et le rugby… Mais cela ne se fera pas… Du moins pas cette année ! Les champions olympiques Jérôme Fernandez et Daouda Karaboué avaient contribué à la montée de ce sport dans le cœur des Toulousains, pour finalement pas grand-chose ! La question ultime reste encore de savoir si nos deux internationaux vont rester à Toulouse… Le Fenix commence à perdre ses plumes !



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.