364 jours de l’homme pour 1 journée de la femme !

Certaines et certains diront que c’est une bonne chose de penser aux femmes, à leurs droits et l’égalité des sexes, en cette journée du 8 mars… Certes, mais l’absurdité même de cette célébration internationale prouve par elle-même que nous en sommes loin. Le seul fait qu’il faille créer «une journée de la femme» est, en soi, la reconnaissance de l’inégalité flagrante qui règne. Et je ne parlerai ici que de ce qui se passe en France, le sujet étant, je pense, différent et plus profond dans d’autres pays du monde. Cela fera l’objet d’une autre chronique !

Les choses ont bien avancé depuis quelques années. C’est vrai, nous avons obtenu le droit de vote, le droit de porter des pantalons, le droit de travailler… Merci. Mais n’est-ce pas ce que n’importe qui est en droit de bénéficier ? Quand on regarde les statistiques, les différences entre les sexes est encore belle et bien présente : à travail égal, les femmes sont rémunérées 20% de moins que les hommes, seuls 19% des dirigeants d’entreprises sont des femmes en 2010, et ne parlons pas des tâches ménagères que les femmes assurent encore pour 80%. Alors oui, il serait temps que les choses évoluent encore, n’en déplaise à certains. Quand je dis certains, je parle des hommes bien sûr mais pas que, car, oui mesdames, quelques femmes se trouvent très bien dans cette situation, en sécurité dans une condition d’infériorité, n’ayant pas de responsabilités à prendre, ni de problèmes à assumer. A l’inverse, certains hommes pensent aussi qu’il faut faire beaucoup d’efforts encore pour arriver à une égalité des sexes. Comme pour tout, il ne faut pas mettre tout le monde dans le même panier !

Je ne suis pas non plus derrière les associations ultra féministes qui je pense, cherchent plus à castrer les hommes qu’à tenter d’acquérir une réelle égalité entre elles et eux. Pour moi, le combat est ailleurs ! Il ne faut pas tenter d’écraser l’un pour défendre l’autre… Avec un peu d’intelligence et de finesse, nul besoin de sacrifier les hommes pour la cause des femmes. Le but ultime étant de bénéficier des mêmes avantages et bien sûr, des mêmes inconvénients… Pourquoi, pour les mêmes études et les mêmes sacrifices, les femmes n’auraient-elles pas accès au même salaire que les hommes, pourquoi va-t-il de fait que les femmes doivent s’occuper de la maison et des enfants ? Parce que les hommes, qui ont toujours dirigé et édicté les lois, ont construit ce fameux «héritage socio-culturel» qui veut que les femmes soient habituées, toutes petites, à jouer à la poupée, à la maîtresse, à recevoir à Noël des tables à repasser «pour faire comme maman.» Pourquoi n’offrirait-on pas aux petites filles des legos et aux petits garçons des poupons ? Eh bien, pour en avoir fait l’expérience, les premières comme les seconds s’amusent très bien avec, et même ensemble. Il est certain que si nous, les adultes, n’employions pas autant d’efforts à faire comprendre aux tout petits qu’ils doivent rester enfermer dans leur condition, ils iraient d’eux-mêmes les uns vers les autres et un pas supplémentaire serait fait vers cette utopie nommée «l’égalité».

A bon entendeur…



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.