Sauvons les arbres

Chaque année, la déforestation est à l’origine de plus de 25 % d’émission de gaz à effet de serre. Il disparait l’équivalent de 7 terrains de foot à la minute en Amazonie et de 2 terrains à la seconde au niveau planétaire soit trois fois la surface de la Suisse (15 millions d’hectares). Nous savons tous depuis longtemps le rôle majeur que joue la forêt dans la régulation climatique et c’est un enjeu majeur que de protéger ce patrimoine.
 


Effet de serre

Les gaz à effet de serre (vapeur d’eau, dioxyde de carbone, méthane…) sont transparents à certaines longueurs d’onde des rayonnements solaires, ce qui permet à ces derniers de pénétrer profondément dans l’atmosphère ou jusqu’à la surface du globe. La partie du rayonnement absorbée par la Terre lui apporte de la chaleur, qu’elle restitue à son tour en direction de l’atmosphère sous forme de rayons infrarouges. Les gaz et les nuages empêchent une partie des rayonnements infrarouges de s’échapper, emprisonnant ainsi la chaleur près de la surface du globe, où elle réchauffe l’atmosphère basse.

 

Forêt contre effet de serre

En matière de lutte contre le réchauffement de la planète, c’est la forêt tropicale qui détient la palme. En effet, elle stocke de grande quantité de gaz carbonique et crée, par évaporation de l’eau qu’elle retient, des nuages qui contribuent à refléter la chaleur ou à l’absorber. Ces deux facteurs permettent de réguler la température de la Terre, ce qui rend d’autant plus dramatique la destruction massive de la forêt amazonienne par exemple. Les arbres sont des maillons essentiels de la chaîne de la vie. Ils jouent un rôle vital dans la régulation des climats et du cycle de l’eau. Les forêts sont parmi les écosystèmes les plus riches et les plus stables de la planète. Selon les scientifiques, les forêts mondiales renferment plus de 50 % de la biodiversité terrestre.
Les forêts tropicales sont les plus touchées mais les zones tempérées et boréales subissent, elles aussi, des pertes importantes en biodiversité. En effet la gestion forestière réduit, pour les besoins de l’homme, le nombre d’espèces d’arbres et rend homogènes les milieux naturels, ce qui diminue d’autant la variété de la faune et de la flore.

 

Avis d’écologiste

Nous pouvons à titre individuel choisir des bois bénéficiant d’une “éco-certification” type PEFC ou FSC qui garantissent une gestion planifiée des gisements avec replantation obligatoire. La plupart des négociants en bois et les grandes surfaces de bricolage proposent des produits intégrant ces garanties. Bien sûr, les Etats doivent mettre en place des politiques de gestion durable des ressources avec la création de zones protégées et lutter de façon active contre l’exploitation illégale des gisements, véritable plaie de l’Amazonie. Un autre sujet de préoccupation est lié à «l’invasion commerciale chinoise» en Afrique à des fins d’exploiter les richesses locales. Nous assistons impuissants à l’abattage à grande échelle de milliers d’hectares de forêt en Côte d’Ivoire notamment qui auront des conséquences irréversibles sur le climat d’un continent déjà largement touché par la sécheresse. Jusqu’à quand allons-nous continuer à programmer notre propre destruction ?




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.