Santé au travail, les risques psychosociaux à l’étude

Pierre Leyris, DRH France Turboméca, Groupe Safran, Nathalie Puel, dirigeante NP Consultants, Dr Michel Niezborala, médecin inspecteur régional du travail en région Midi Pyrénées, Pierre Burello, DRH du Groupe Latécoère.

Stress, surmenage, burn-out, déprime… 68 % des salariés français estiment qu’au cours des cinq dernières années, la qualité de vie au travail s’est dégradée, d’après un sondage TNS Sofres auprès d’actifs occupés à l’occasion de la semaine de la qualité de vie au travail en juin 2013. Et selon ce même sondage, 87% des salariés estiment qu’une bonne qualité de vie au travail profite à la fois aux salariés et aux entreprises. Le 13 septembre dernier, le cabinet toulousain de conseil en Ressources Humaines NP Consultants, a organisé une table ronde sur le thème de la prévention des risques psychosociaux. Pour ce faire et approfondir la thématique, Nathalie Puel, dirigeante du cabinet, a réuni plusieurs experts des institutions régionales et des personnalités du monde de l’entreprise. « Un quart des Français se plaindrait d’un travail stressant, et le stress représenterait 10% à 20% des maladies professionnelles » débute l’experte. A la tribune, Pierre Leyris, DRH France Turboméca du Groupe Safran et Pierre Burello, DRH du Groupe Latécoère, témoignent de leur expérience et pratiques en matière de risques psychosociaux que l’on nomme aussi dans les grands groupes « bien-être au travail et compétitivité ». Autre intervenant : le Docteur Michel Niezborala, médecin du travail et auteur de l’ouvrage « Travailler sans dérouiller, le bien-être au travail est-il encore possible ?» Pour lui, « Le tabou du stress est levé. » Si pour les grandes entités, les démarches de prévention des risques psychosociaux sont engagées, il n’en est pas de même chez les TPE-PME, car selon le médecin, « les modèles des grands groupes ne sont pas déclinables dans les TPE, il n’y a pas de modèle unique. »



UN COMMENTAIRE SUR Santé au travail, les risques psychosociaux à l’étude

  1. véronica dit :

    L’approche et l’étude des risques psychosociaux au travail nécessite de disposer d’outils méthodologiques : pour décrire la charge mentale, on utilise des enquêtes et on analyse les réponses des travailleurs à des questionnaires sur leurs conditions de travail : ” L’analyse et l’évaluation des risques psychosociaux ” : http://www.officiel-prevention.com/protections-collectives-organisation-ergonomie/psychologie-du-travail/detail_dossier_CHSCT.php?rub=38&ssrub=163&dossid=481

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.