Recherche santé : Les partenariats public / privé se poursuivent

Les maladies infectieuses sont à l’origine d’un décès sur trois dans le monde, les pays en voie de développement sont beaucoup plus touchés que les pays développés. Sanofi, Aviesan et l’Institut Pasteur entament un programme de collaboration de recherche pour lutter contre les maladies infectieuses.

Trois ans pour développer quatre projets ayant pour objet le traitement et la prévention des infections bactériennes et fongiques sévères. L’objectif de cet accord de collaboration de recherche entre Aviesan, Sanofi et l’Institut Pasteur vise à identifier de nouvelles solutions capables de prévenir et de traiter ce type d’infection.

Comme l’explique Laurent Fraisse, directeur recherche unité stratégique thérapeutique maladies infectieuses chez Sanofi «La recherche sur les maladies infectieuse est d’importance car les pathogènes évoluent et des résistances apparaissent. La recherche académique française est reconnue internationalement dans ce domaine important de santé humaine et nous souhaitons associer nos expertises industrielles avec l’excellence académique représentée par Aviesan et l’Institut Pasteur, pour développer des solutions adaptées aux besoins des patients.»

Coordonnées par l’institut Pasteur, deux des quatre projets concernent les infections bactériennes et plus particulièrement les biofilms bactériens et la virulence d’un pathogène important : Pseudomonas aeruginosa. Les résultats de ces recherches pourront être exploités pour créer des vaccins et des approches thérapeutiques.

Les deux autres projets concernent les infections fongiques sévères liées aux levures et aux champignons filamenteux. L’intérêt est de comprendre les mécanismes de l’infection chez l’homme et identifier les stratégies à mettre en œuvre pour la bloquer.

Catalyser l’innovation scientifique

«L’Institut Pasteur est heureux de contribuer scientifiquement à des projets qui répondent à de réels besoins médicaux.», explique Jean Derégnaucourt, Directeur des applications de la recherche et des relations industrielles de l’Institut Pasteur. «Cette collaboration s’inscrit dans la lignée de partenariats public-privé visant à accélérer le processus d’innovation.»

Tous ces scientifiques sont animés par la volonté de répondre à des besoins médicaux importants, le souci prégnant de contribuer à l’enrichissement de la science fondamentale et partagent le constat que les approches antimicrobiennes ne suffisent plus.

Des points d’étapes permettront de suivre l’évolution de ces recherches durant ces trois années de partenariat.

Marie-Agnès Espa

Vaccination contre la Polio. Le Japon choisit Sanofi Pasteur

Depuis près de 25 ans, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et ses partenaires mène un franc combat contre la polio. Dans le cadre de l’Initiative Mondiale pour l’éradication de la polio, le nombre de cas de poliomyélite a chuté de 99%.

Le 27 avril 2012, la division vaccins de Sanofi annonce que le ministère japonais de la Santé, du travail et de la Protection sociale vient d’approuver son vaccin poliovirus inactivé seul. Ce vaccin sera inclus dans le programme national de vaccination du Japon à partir du 1er septembre.

« Le vaccin poliovirus inactivé est la norme en matière de vaccination contre la poliomyélite dans les pays qui en sont indemnes. Sanofi Pasteur s’engage à contribuer à la  protection d’un maximum d’enfants contre la poliomyélite au Japon.» a déclaré Olivier Charmeil, Président-Directeur Général de Sanofi Pasteur.

Depuis son lancement en France en 1982, le vaccin IMOVAX® POLIO a été approuvé dans 86 pays ; à ce jour Sanofi Pasteur a fourni dans le monde plus de 800 millions de doses de vaccin IPV seul ou de vaccins combinés contenant l’IPV.

La poliomyélite est une maladie infectieuse qui affecte principalement les enfants de moins de cinq ans. La campagne de vaccination de masse a fait passer son incidence de 350 000 nouveaux cas par an en 1988 à environ 500 en 2011. Son éradication est officielle sur tout le continent américain, en Europe et dans les régions OMS du Pacifique occidental. Toutefois, des épisodes épidémiques comme en 2010 au Tadjikistan invitent à conserver une certaine vigilance. La France n’a pas enregistré de nouveaux cas de polio depuis 1986.

Marie-Agnès Espa

Lutte contre le moustique «aedes albopictus».

A partir du 1er Mai, le Sud de la France active le dispositif de lutte contre la dissémination du moustique «aedes albopictus». Ce moustique originaire d’Asie, installé depuis 2004 dans certains départements du Sud-Est du pays a fait l’an passé quelques apparitions aussi en Aquitaine. Particulièrement nuisible, il est capable, dans certaines conditions, de transmettre des maladies telles que la dengue ou le chikungunya. A l’heure actuelle, il n’y a pas d’épidémie de ces deux maladies en France.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.