Tribune Exclusive de Philippe Orillac

Opposants au mariage pour tous : J’aurais tendance à vous dire « ne soyez pas mauvais perdants »…mais malheureusement il ne s’agit pas d’un jeu.

 

J’ai participé à plusieurs débats dont un, organisé par « La Manif Pour Tous » à Toulouse fin janvier. Je comprends les interrogations que ce projet de loi peut susciter ; je comprends que ce projet nécessite pédagogie et explication…mais il est temps de laisser faire le processus démocratique. Votre acharnement à combattre un projet voté démocratiquement a aujourd’hui des conséquences inquiétantes.

 

La parole s’est libérée, les homophobes n’hésitent plus…Si, dans mon cas, cela me conforte dans mon militantisme à vouloir mieux faire comprendre que l’homosexualité n’est pas un choix, que les homosexuels sont aussi divers que les hétérosexuels, que rien n’est plus « normal » et plus « naturel » que de pouvoir être homosexuel, chez beaucoup d’autres cas, cela renforce les souffrances et l’exclusion (L’Association Le Refuge n’a jamais autant eu de demandes pour héberger des jeunes rejetés par leur famille, SOS Homophobie ne cesse d’avoir des appels de détresse…).

 

Elle fait naître une inquiétude démesurée auprès des sceptiques de cette loi… en ne cessant de dire que cette loi aura des conséquences graves, irréversibles et pourrait même être une menace pour notre société. Vous refusez ainsi d’admettre que cette loi, appliquée depuis bientôt douze ans aux Pays-Bas, n’a nullement révélé vos craintes. Cette loi est maintenant appliquée dans douze pays sans conséquences néfastes sur la société (sans compter quelques Etats américains et mexicains).Vous refusez d’admettre que les couples homosexuels vivent déjà ensemble, que les enfants élevés par des homosexuels sont nombreux. Cette loi n’incitera pas à accroître leur nombre mais permettra seulement de mieux les protéger. L’Amour restera toujours plus fort que la loi. Il peut être légitime que les personnes qui connaissent mal le sujet soient inquiètes mais n’utilisez pas de faux arguments pour leur faire peur inutilement.

 

Votre obstination à penser que la démocratie ne serait pas respectée porte atteinte à  nos principes républicains. Ce projet a été discuté dans notre société depuis de nombreuses années. Dès 2007, l’un des deux candidats au second tour de l’élection présidentielle proposait ce projet dans ses promesses… Le candidat élu en 2012 a clairement exprimé son intention. Le détail de la loi a été largement discuté à l’Assemblée Nationale puis au Sénat. Notons que si le calendrier est accéléré après le vote au Sénat, la discussion à l’Assemblée Nationale avait été plusieurs fois repoussée afin de laisser le temps à toutes les auditions parlementaires. Je ne doute pas que le temps sera ensuite laissé au Conseil Constitutionnel pour se prononcer.

 

 

 

 

 

 

Malheureusement, le soutien que vous apportent certains responsables politiques, notamment de l’UMP… continue à porter le discrédit sur certains politiciens qui ne pensent qu’à profiter électoralement de votre mouvement. Ils se contredisent en appelant le pays à s’intéresser au plus vite à d’autres sujets alors qu’ils ralentissent le débat inutilement, et s’offusquent ensuite d’une accélération du calendrier. J’espère que ces personnalités condamneront rapidement et vigoureusement vos dérives au risque de créer une fracture profonde avec les homosexuel-le-s. J’incite notamment l’UMP au niveau local à se positionner au plus vite afin de dénoncer les actions de violence et de désobéissance.

 

Il est temps de bien comprendre que le seul bouleversement que cette loi amènera c’est de garantir une sécurité pour les familles homoparentales, une meilleure compréhension de l’homosexualité et un frein à l’homophobie. Il n’est pas question de remettre en cause la famille, il est plutôt question de la consolider et de la reconnaître dans sa plénitude et sa diversité.

 

 

Philippe Orillac

Président national Autre Cercle

Adhérent à Toulouse



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.