Philippe Orillac « La capacité à aimer des enfants n’a aucun lien avec l’orientation sexuelle »

Ce n’est nullement un choix d’être homosexuel-le, comme on ne choisit pas ses origines, son physique… on ne choisit pas le sexe de la personne que l’on aime. Il n’y a rien d’anormal ou de contre-nature. On peut être homosexuel quels que soient son apparence physique, son âge, son caractère, ses convictions religieuses ou politiques, sa profession, son origine… la capacité à élever et aimer des enfants n’a aucun lien avec l’orientation sexuelle.

 

L’institution du mariage civil n’a cessé d’évoluer dans l’Histoire, avec souvent au départ des réticences à ces évolutions, avant que ces dernières nous paraissent des évidences comme le divorce. Aujourd’hui le mariage permet à la société de reconnaître officiellement une relation entre deux personnes et de protéger son conjoint. Les homosexuel-les demandent de pouvoir y accéder tout comme les hétérosexuels y ont droit depuis plus de deux siècles. Ne pas accepter cette égalité, c’est cautionner une discrimination.

 

« Ne pas accepter cette égalité, c’est cautionner une discrimination »

 

De nombreuses études montrent qu’il n’y a pas de différence d’épanouissement entre les enfants élevés par des couples de même sexe ou de sexe différent. Seule la stigmatisation, le non-dit différencient ces familles à l’heure actuelle. L’enfant a d’abord besoin de la sécurité d’une cellule familiale quelle que soit sa composition. Il trouve ses repères dans l’ensemble de son environnement (Grands-parents, famille élargie, amis, écoles…) La loi confirme déjà que la cellule familiale n’est pas obligatoirement composée d’un père et d’une mère puisqu’elle autorise l’adoption par les célibataires. Le droit de l’enfant est bien d’être élevé dans un cadre protecteur et aimant, il est aussi celui d’être protégé par l’Etat. Les familles homoparentales existent déjà avec des enfants qui ne sont pas protégés.

 

Les « anti-mariage pour tous » font souvent peur sur des arguments infondés comme celui de la suppression des termes Père et Mère par Parent1 et Parent 2,…et même sur des fantasmes plus graves. Pourtant cela fait plus de onze ans que le mariage pour tous existe aux Pays-Bas, dix ans en Belgique… mais aussi en Espagne, au Canada, en Afrique du Sud, en Norvège, en Suède, au Portugal, en Islande, en Argentine, au Danemark…dans six Etats américains parfois suite à des référendums…rien de ce que nous annoncent ces opposants ne s’est passé dans ces pays. De quoi s’étonner du manque de lucidité et d’humanité des hommes politiques français opposés à la loi (qui sur d’autres sujets nous citent des pays étrangers en exemple).

 

Le seul bouleversement que cette loi amènera, c’est garantir une sécurité pour les familles homoparentales, une meilleure compréhension de l’homosexualité et un frein à l’homophobie. Il n’est pas question de remettre en cause la famille, il est plutôt question de la consolider et de la reconnaître dans sa plénitude et sa diversité.

 

Philippe Orillac est le président national de l’Autre Cercle (contre les discriminations.)

Particularité : Cette association existe en France depuis 1998, et à Toulouse depuis 2005.

Mail : president@autrecercle.org



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.