NO !

A la surprise de beaucoup, l’Irlande a voté par référendum Non à la ratification du traité simplifié de Lisbonne que Nicolas Sarkozy avait substitué au traité initial rejeté par le peuple français. Surprise en effet car à quelques mois de cela, le Oui était majoritaire et semblait devoir l’emporter ; d’autant plus que l’Irlande avait bénéficié largement des subsides européens jusqu’à en faire un modèle économique envié.
Dès lors peut-on parler d’ingratitude voire même d’inconscience d’avoir rejeté un bienfait économique évident ? Cette situation n’est pas sans rappeler la fable de La Fontaine, Le loup et le chien. Un loup famélique rencontre un chien tout fringant qui s’étonne de la maigreur du loup en lui racontant le bienfait d’avoir des maîtres qui pourvoient à sa bonne santé. Le loup s’apprête à le suivre pour bénéficier du bon soin de ses maîtres quand il aperçoit la trace du collier qui le maintient attaché et le prive de liberté. Les Irlandais ont fait le choix de la liberté. Ils ne refusent pas l’idée de l’Europe, ils ne la comprennent pas telle qu’on la leur propose ; d’autant que depuis très récemment chez eux le chômage reprend et leur pouvoir d’achat diminue. A l’évidence, les peuples européens refusent les diktats de leurs parlements. Ils veulent conserver la maîtrise de leur avenir dans une Europe dont ils attendent autre chose que des textes incompréhensibles dont on se demande d’ailleurs comment ils pourraient être appliqués sans susciter de profonds désaccords.

Ecoutons les peuples

Les Européens veulent un fonctionnement simple des institutions qui prennent en compte les fondamentaux que sont l’économie, la justice, la fiscalité, l’immigration, la défense, des frontières sûres pour ne citer que quelques exemples, et que l’on ne vienne pas interférer dans le fonctionnement interne qu’ils ont choisi et qu’ils veulent que l’on respecte parce qu’il constitue leur patrimoine ancestral. Imaginons une Europe qui soit une immense copropriété qui serait régie par un règlement, la constitution, avec un syndic chargé de la faire respecter. En revanche, chaque “copropriétaire” dans son pays serait libre de ses choix à la seule condition qu’il respecte la cohésion de l’ensemble. Une confédération et non une fédération qui aliène les libertés de chacun. Au lieu de cela, on a concocté un texte incompréhensible aux multiples renvois dont nos élus eux-mêmes pour la plupart sont incapables de déchiffrer le contenu. Ceux qui votent Oui le font par discipline à leur parti et pour, disent –ils, sortir l’Europe de l’impasse, dans lequel pourtant ils ont contribué à nous mettre en portant à 27 le nombre des adhérents. Si l’Europe est dans l’impasse, c’est parce que l’on a méprisé les peuples qui la composent en leur faisant croire qu’elle pourrait améliorer leur quotidien, alors que le passage à l’Euro et que l’intouchable banque centrale sans parler des commissaires de tous ordres semblent vouloir se liguer pour que tout aille à volo. Malgré cela et le vote sans équivoque de l’Irlande, au mépris des règles même qui la régissent, l’Europe va continuer à faire ratifier un mini traité simplifié dont les peuples ne veulent pas. Alors soyons pragmatiques, écoutons les peuples et leur bon sens. Sans cela il faut craindre l’éclatement de l’Europe, ce qui est impensable en regard du défit mondial qui est entrain de se profiler à l’horizon.

Francis Manaud


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.