Les cent jours

Nous voilà maintenant très proches de l’élection présidentielle dans une période qui sera déterminante pour l’avenir de notre pays. En effet, beaucoup de clignotants économiques sont au rouge, et il va falloir prendre des décisions drastiques pour revenir à un horizon plus serein. Dans ces conditions, on aurait pu craindre une désaffection des candidatures tant le travail s’annonce ingrat et difficile. C’est pourtant le contraire qui se produit et tant mieux pour la démocratie dans la mesure où les prétendants seront admis à concourir avec des propositions dignes de la fonction qu’ils souhaitent exercer. L’important dans cette compétition qui sera des plus ouvertes, ce sera la place prise par les médias qui devront faire preuve non seulement d’impartialité mais aussi de justice au niveau des interventions. On constate pour le moment que la quasi-totalité du temps d’antenne est réservée aux partis dits majoritaires alors que l’étroitesse des résultats qui s’annonce devrait d’ores et déjà tenir compte de cette incertitude. Plus que jamais le peuple va devoir se choisir un destin que les incertitudes du moment vont rendre aléatoire, et comme l’abstention serait un crime, il faut donc que toutes les sensibilités soient fortement représentées. Ce n’est pas le cas pour le moment où l’actualité et les petites phrases semblent prendre le pas sur les débats de fonds qu’il va bien falloir aborder en urgence tant le temps pour les analyser est désormais réduit.

Pour lire la suite, reportez-vous au Journal Toulousain n°496.
En vente en kiosque au prix de 1euro.
L’article sera consultable dans sa totalité dans 15 jours



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.