L’égalité bafouée

Francis Manaud

S’il est un domaine dans lequel les Français se montrent chatouilleux, c’est bien celui de l’égalité. Ils veulent l’égalité partout, au travail, à l’école, devant la loi et jusqu’à la parité hommes/femmes pour les salaires et en politique. Ils ne supportent pas d’être trahis par un comportement partisan et pourtant. La prochaine élection à la présidence de la république s’annonce comme la preuve la plus flagrante de la totale inégalité. Dans sa conception tout d’abord puisque les conditions requises pour pouvoir participer sont faussées. En effet les grandes formations politiques sont assurées sans doute possible d’avoir les signatures qui ouvrent le droit à candidature. Les autres candidats doivent donc aller chercher au nom de la démocratie leur droit à l’expression essentiellement auprès des maires des petites et moyennes communes qui une fois de plus se voient investies d’une responsabilité qu’elles n’ont pas véritablement souhaitée. Pour certains d’ailleurs leur choix purement démocratique peut leur être reproché et nuire à la conduite des affaires de leur commune. Donc pendant que certains «galèrent» pour avoir le droit de faire connaître à leurs concitoyens leur vision dela France, les trois ou quatre autres captent l’attention des médias en de multiples interventions et meetings au cours desquels la démagogie l’emporte sur les problèmes majeurs auxquels le pays est confronté.

Gigantesque escroquerie

Chacun donne libre cours à l’évocation de soi-disant programmes qui ne sont critiqués directement par personne puisque il n’est pas prévu avant le deuxième tour de confrontation directe entre candidats et ce, et c’est un doux euphémisme, pour ne pas gêner les autres «petits» candidats. Et ce sont de grandes messes payées à coup de millions d’euros qui font naviguer des convois entiers de militants qui sillonnentla Francepour essayer d’influencer ceux qui attendent vainement que soient abordées les véritables difficultés dont souffre notre économie. Dans peu de jours maintenant, l’ensemble des compétiteurs sera connu. Certains auront été écartés au nom d’un système que le bon sens réfute pour laisser la place à la soi-disant rigoureuse égalité devant l’information vaillamment défendue par le CSA qui jusque-là aura fermé pudiquement les yeux. Alors par de savants calculs qui donneront la migraine à tous les médias audio-visuels, les candidats égraineront encore une fois sans contradiction possible le chapelet de leurs propositions pour essayer de convaincre à défaut de persuader. On aura alors oublié les gigantesques longueurs d’avance que les premiers candidats ont insidieusement instillées aux pauvres électeurs savamment conditionnés à grands renforts de sondages et d’enquêtes d’opinions. De cette gigantesque escroquerie à l’égalité surgiront deux noms qui désormais auront le droit de confronter dans de médiatiques face-à-face leurs propositions le plus souvent démagogiques, vite oubliées par celui qui sortira vainqueur. Voilà comment est détournée ce qui devrait être la rencontre d’un homme avec son peuple, et voilà pourquoi il faut revenir au plus vite vers une véritable démocratie, triomphe de l’égalité.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.