La tribune d’ Etienne Cardeilhac

Municipales Toulouse 2014 : les jeunes se lancent dans la campagne

 

A Toulouse, c’est clair, la campagne des élections municipales a commencé. Il faut dire que, contrairement à d’autres grandes villes, le scrutin n’est pas joué d’avance. Pierre Cohen a de réels soucis à se faire. Rappelons qu’il n’a pas gagné l’élection en 2008, il l’a remportée grâce au contexte national défavorable à la droite. Mais aujourd’hui nombreux sont les Toulousains déçus par les promesses non tenues et surtout par le changement de gestion municipale : hausse des impôts locaux et de la dette, explosion des incivilités et de l’insécurité, clientélisme et sectarisme politiques, fausse démocratie de proximité car contrôlée… sans oublier la propreté qui fait défaut. Le plus grave, c’est que le Capitole de tous les Toulousains est devenu une machine politique au service d’un parti. Ce n’est pas la gauche que je montre du doigt mais l’équipe municipale actuelle. Je crois que les Toulousains méritent vraiment autre chose et qu’ils choisiront le changement en 2014. La bonne surprise dans cette campagne, c’est l’intérêt qu’y trouvent les jeunes. Je vis à Toulouse, j’y travaille, j’y étudie et dans mon quotidien, je rencontre beaucoup de jeunes intéressés par le débat politique mais au sens noble du terme. Car les clivages gauche-droite ne les intéressent pas et les postures politiciennes les insupportent. Les jeunes seront des acteurs majeurs dans cette campagne. Depuis que nous avons relancé le Mouvement des Jeunes pour Toulouse (MJT), ils sont nombreux à nous envoyer des messages et rejoignent notre association. Nous avons une nouvelle équipe motivée, jeune et dynamique. Kévin Ferand, nouveau vice-président, sera à mes côtés pour coordonner, animer et porter notre ambition.

 

« Nous sommes présents sur le terrain et aussi sur la toile »

 

En fait, notre parti c’est un pari : la jeunesse ! Nous venons d’horizons, de quartiers, de milieux différents mais nous sommes tous motivés pour faire entendre la voix de la jeunesse. Ce qui était au départ un challenge est aujourd’hui ce qui fait la force du MJT : nous sommes des jeunes centristes, de droite mais la plupart n’a aucune appartenance politique. Pour le petit scoop, l’une des cadres de l’association est plutôt de gauche, c’est dire si l’on rassemble ! Nous sommes présents sur le terrain et aussi sur la toile avec notre site Internet www.m-j-t.com, notre facebook « Mouvement des Jeunes pour Toulouse (MJT) » et notre tweeter : @MJT_2014. Vraiment notre stratégie est purement municipale et notre action, c’est pour les jeunes. Je sais que l’on s’interroge sur l’indépendance du MJT sachant que nous sommes proches de Jean-Luc Moudenc. Je réponds en toute transparence que Jean-Luc Moudenc n’a pas attendu 2013 pour rassembler les Toulousains, pour travailler sur un projet, pour mener une opposition constructive et considérer la voix des jeunes. C’est à la fois un homme de dossiers et un homme de terrain. Je le connais suffisamment pour dire que c’est un humaniste, qui aime sa ville et qui n’a jamais abandonné les Toulousains. Donc oui, le MJT travaille aussi en collaboration avec les équipes de Toulouse Avenir et oui, le MJT garde son indépendance et sa liberté de parole et d’action. Mon ambition pour le MJT, c’est qu’il soit acteur de la reconquête du Capitole en 2014.

 

Etienne Cardeilhac est le Président du Mouvement des Jeunes pour Toulouse

Particularité : A été suppléant lors des dernières élections législatives (6e circonscription)

Mail : etienne.cardeilhac.pugens@gmail.com



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.