La copropriété Européenne

Désormais tout se passe comme si les états membres de l’Europe étaient regroupés dans une copropriété gérée par un syndic “la commission européenne”. Tout le monde sait tout le bien que l’on peut penser d’un syndic ; il en est de même pour cette commission conduite par un président non élu par le peuple et qui se prend de plus en plus pour Dieu le père ! Dans ces conditions, on est en droit de se demander à quoi servent nos députés Européens qui nous coûtent fort cher et se soumettent à ces commissaires qui ne sont plus ou moins que des technocrates de salon. Nos parlements ressemblent de plus en plus à des conseils syndicaux aux ordres du syndic que l’on paie pour soi-disant gérer la copropriété alors que bien souvent il la gruge. Les exemples ne manquent pas : ils ont pour nom “directives” et sont de véritables dictats auxquels on doit de soumettre sous peine de lourdes sanctions. C’est ainsi que dernièrement au sujet du traitement fait dans notre pays à des gens en situation irrégulières la France pays des droits de l’homme est passée pour la dernière des nations raciste et xénophobe. On se demande réellement si bientôt on ne va pas exiger aux citoyens de ce pays d’héberger chez lui contre son gré les gens de passage qui frappent à sa porte.
Une bien mauvaise comédie

Et l’on peut se demander désormais légitimement si l’un des symboles de notre république “liberté” a encore un sens ? Les frontières n’existent plus et l’on peut s’interroger pour savoir s’il est encore utile d’enseigner à nos enfants que des millions d’hommes et de femmes sont morts pour que l’Alsace et la Lorraine restent Françaises. Une nation n’existe que tout autant elle a la maîtrise de son peuple et de son économie. Si tel n’est pas le cas, elle cesse d’être en reniant son passé son histoire et son avenir. On peut se poser la question de savoir si les politiques de droite comme de gauche ne se complaisent pas dans ce système dans lequel les ordres viennent d’ailleurs et s’il n’est pas plus confortable pour eux que l’Europe soit une excuse pour tout ce qui ne va pas et pour tout ce qui est contraignant pour le peuple. La dernière contrainte en date : la rigueur budgétaire. Pendant plus de trente ans, droite et gauche ont alternativement dirigé notre pays. Pour complaire à l’opinion mais surtout pour continuer à se partager le pouvoir, elles ont “laissé aller” à tel point que montrés du doigt, il va nous falloir d’un seul coup d’un seul, serrer les boulons. Il va falloir sans aucun doute se poser véritablement la question de savoir qui et comment on va devoir gouverner notre pays. Notre faillite c’est la faillite de notre soi-disant élite qui joue une bien mauvaise comédie dont nous sommes les spectateurs passifs. Ils se mettent d’ores et déjà en ordre de bataille pour savoir lesquels l’emporteront pour continuer à abuser un peuple qui leur tourne le dos. France, réveille-toi, il est encore temps. Demain il sera trop tard, et si tu ne fais rien, tu n’existeras plus.        

Francis Manaud


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.